Au final, "la contraction de l'investissement local aura aussi un impact sur la qualité des infrastructures et donc sur l'attractivité de notre pays", ont reconnu les responsables de l'AMF.

Un nouveau président de l'AMF, François Baroin

André Laignel qui devrait être réélu vice-président ce mercredi 26 novembre par les 7.000 maires et présidents d'intercommunalités aux côtés du nouveau président François Baroin, maire de Troyes, a tenu à faire passer le message suivant : "Il n' y a pas de pomme de discorde entre le Gouvernement et les élus locaux. (…) On a estimé qu'une baisse maximum de 2,5 milliards d'euros devrait être retenue par le Gouvernement." Et le maire d'Issoudun d'appuyer: "On demande que la baisse des dotations soit moins brutale."

 

"Il faut une négociation pour trouver le point d'équilibre entre les économies et l'investissement", poursuit André Laignel. Il dit avoir même demandé en vain à Bercy qu'une étude soit réalisée sur ce que va coûter la baisse des dotations à l'économie nationale.

 

Avant de conclure : "Je reste persuadé le Gouvernement sera obligé d'arrêter (Ndlr : de couper les dotations) parce que le traumatisme sera tel qu'il faudra prendre des mesures de relance."

 


Découvrez dès la page 6, les projections sur les finances des communes et des intercommunalités de 2015-2017 issues de l'étude La Banque Postale pour l'AMF.

actioncl