EFFICACITE ENERGETIQUE. Les trois tours noires et bleues baptisées "Blacks Swans" symbolisent la reconversion de la friche portuaire de la presqu'île Malraux, à Strasbourg. L'architecte du projet, Anne Démians, revient pour Batiactu sur l'aspect énergétique et environnemental de ces édifices.

C'est le projet immobilier le plus important lancé depuis dix ans à Strasbourg. Voisins de la tour Elithis, construite à Strasbourg dans l'éco-quartier Danube, trois édifices noirs et bleutés s'élèvent à près de 56 mètres de hauteur au pied des bassins de la presqu'île Malraux. Au terme de quatre ans de travaux, pilotés en entreprise générale par Bouygues Bâtiment Nord-Est, les nouveaux emblèmes du quartier des Deux-Rives étaient portés par le promoteur Icade. Ce projet constitue, en effet, un élément-phare de la reconquête des friches portuaires qu'entreprend la Ville de Strasbourg à travers son projet urbain "Deux-Rives".

 

Dessinées et réalisées en bordure du bassin d'Austerlitz

 

Baptisées "Black Swans", ou cygnes noirs, par l'architecte Anne Démians, ces tours ont été dessinées et réalisées en bordure du bassin d'Austerlitz. "Elles déplacent la dimension réelle du canal vers celle d'un paysage lyrique, tout en s'insérant dans l'axe économique et politique tendu entre Strasbourg et Kehl (Allemagne)", rappelle l'architecte lauréate du concours lancé en 2012. Rappelons que ce projet était en lice face à l'agence Sauerbruch & Sutton (Berlin), Harry Gugger (Bâle), MVRDV (Rotterdam) et Jacques Ferrier (Paris).

 

Une des spécificités des tours Black Swans réside dans leur efficacité énergétique, une thématique sur laquelle l'architecte Anne Démians travaille au sein du groupe de réflexion RBR 2020-2050 dirigé par Alain Maugard et dont la feuille de route a été indiquée par le ministère de l'Ecologie. Les membres de ce groupe - des représentants du secteur public comme du secteur privé - doivent plancher sur les axes d'amélioration visant à réduire le poids de la réglementation, ou du moins à améliorer celle-ci, pour garantir une moindre déperdition énergétique du bâti.

 

Et les tours strasbourgeoises illustrent cette problématique, tout en offrant un renouvellement du tissu urbain : "Black Swans met en scène une méthode duplicable pour reconvertir les friches industrielles", déclare Anne Démians à Batiactu. "Il n'y a pas eu de levée de boucliers, car le projet propose une mixité tout en respectant l'identité du lieu, son histoire proche et son esthétique. Le fait de ne pas flécher la mixité préserve le continuum historique. En fait, la mixité est un thème complètement conjoncturel : ce que je trouve assez pernicieux à ce sujet, c'est qu'on présente trop souvent la mixité comme une chose formidable, mais la plupart du temps elle conduit à une forme de banalisation, où les lieux sur lesquels elle s'implante perdent leur histoire, leur charme."

 

Découvrez ce projet en images dans les pages suivantes.

actionclactionfp