TRANSITION. Une filiale d'EDF a lancé la construction à Illkirch (Bas-Rhin) de sa première centrale de géothermie grande profondeur destinée à fournir des énergies renouvelables à une agglomération. L'eau puisée permettra en effet de disposer à la fois de chaleur et d'électricité, toute l'année. Strasbourg s'est fixé comme objectif d'être alimentée à 100 % en EnR d'ici à 2050.

L'Eurométropole de Strasbourg s'est engagée dans une démarche de verdissement de son approvisionnement énergétique. Elle souhaite passer de 20 % en 2020 à 100 % en 2050 la part d'électricité renouvelable sur les 650 sites les plus importants de l'agglomération qui représentent les trois-quarts des consommations de la ville. L'électricité aura pour source principale les barrages et retenues d'eau, éventuellement complétée par l'éolien et le photovoltaïque. Et désormais par la géothermie de haute intensité. Car ES (filiale d'EDF) vient de lancer la construction d'une unité à Illkirch, dont le forage descendra à 3.000 mètres sous la surface afin d'aller puiser une eau qui circule à 150 °C dans des failles naturelles des roches du fossé rhénan.

 

Tirer parti de la géologie alsacienne

 

A pleine puissance, la centrale produira 50.000 MWh de chaleur et 22.000 MWh d'électricité permettant de réchauffer 13.000 foyers et d'en éclairer 2.600. La cogénération entraînera une réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'ordre de 11.000 tonnes de CO2 par an, "l'équivalent de 4.500 voitures qui rouleraient pendant un an", signale Marc Kugler, directeur général d'ES. Outre des habitations, l'installation géothermique alimentera également un campus universitaire ainsi que des entreprises et laboratoires du parc d'innovation d'Illkirch, dans la banlieue de Strasbourg. L'entrée en service est prévue pour 2021, car les travaux seront longs. Les campagnes de forage des puits géothermiques seront menées jusqu'au printemps de 2019, puis les débits et températures seront validés expérimentalement. Le projet nécessitera 40 M€ d'investissements, dont 4,9 M€ apportés par l'Ademe.

 

Un autre projet similaire devrait être mis en service un peu avant, par un autre groupe français, Fonroche, du côté de Vendenheim à une douzaine de kilomètres au nord de Strasbourg, sur l'ancien site d'une raffinerie. A compter de 2019, ce seront cette fois 26.000 logements qui seront chauffés grâce à l'eau remontée des profondeurs et 9.000 autres qui disposeront d'une électricité produite par de la vapeur verte. Et Fonroche ne compte pas en rester là, puisqu'une autre unité est étudiée à Eckbolsheim pour tirer parti de la particularité géologique de la région. En juin 2016, Ségolène Royal avait inauguré une centrale géothermique profonde ES à Ritterschoffen, qui alimente sous forme de vapeur un site industriel de l'entreprise Roquette.

 

Illkirch est une commune particulièrement en pointe dans la réduction de son empreinte carbone. La municipalité alsacienne a entrepris de recouvrir une partie de ses étangs artificiels de panneaux solaires flottants.

actionclactionfp