Du côté du parti pris architectural, les trois îlots, avoisinant les 50 mètres de haut, ont été bâtis à partir d'une trame de construction exigeant des formes orthogonales et compactes. Sur chaque tour, les mêmes hauteurs, mêmes textures, mêmes socles et mêmes rythmes de façades ont été reproduites.

 

"L'efficacité énergétique s'illustre dans l'appréciation du bâtiment en lui-même, mais aussi dans une autre problématique : sa capacité à évoluer dans le temps sans que cela ne génère de déplacements de matériaux ou autres difficultés", explique l'architecte Anne Démians, contactée par Batiactu. "Notre but était d'obtenir l'empreinte carbone la plus neutre possible, et nous sommes arrivés à maîtriser ces enjeux environnementaux et les coûts qui y sont liés. L'efficacité énergétique dans la construction est un angle prépondérant qu'il faudrait pourtant favoriser sur le plan juridique. De plus, j'ai été aidé sur ce projet par les volumes : en effet, les opérations de construction sont bien souvent trop petites en termes de superficie pour offrir une réversibilité de ce type."

actioncl