On l'aura compris, un chantier de cette taille et de cette symbolique implique de nombreuses contraintes d'ordre à la fois technique et stylistique. Quelques exemples : pour les dorures, les compagnons posent des feuilles d'or, dont le matériau vient d'Italie ou d'Allemagne - il n'y a plus d'entreprise française spécialisée dans ces produits. Idem pour les ardoises (qui composent les 125 m² de toiture), qui proviennent d'Espagne. Concernant les types de pierres utilisés, on en dénombre 15 différents : "Le génie de Jules Hardouin-Mansart [l'architecte de la chapelle royale de Versailles, ndlr] se retrouve dans l'utilisation raisonnée de la pierre, notamment pour l'exploitation des carrières", explique Frédéric Didier. "6 à 7 types de pierres étaient utilisés au début de la construction, les autres se sont rajoutés lors des phases de restauration. Les pierres sont toutes des calcaires plus ou moins durs selon les soubassements et les assises." Fait notable : les pierres ne sont pas maçonnées mais entaillées de manière à laisser passer et respirer le bois.

actioncl