L'urbanité est l'un des thèmes creusés par l'exposition, qui évoque les trottoirs faits de pavés de grès qui se généralisent finalement en asphalte coulé à chaud. "Le trottoir naît en 1854", ajoute Alexandre Labasse. L'installation de 300 kiosques dès 1865 meuble la ville, tout comme la construction de 150 colonnes dédiées aux affiches des théâtres. "Le mobilier urbain se développe très rapidement", détaille le directeur du Pavillon. Paris voit fleurir des bancs publics et des fontaines, que certains critiqueront, cataloguant le mobilier "d'encombrant". "L'affichage sauvage fait aussi parler de lui, les autorités avaient la volonté de le réguler." Sous Haussmann, l'alignement des arbres se fait de façon plus massive. On dénombre aujourd'hui plus de 100.000 arbres.

actioncl