PROGRAMME. Relance de l'économie, allègement de la fiscalité, durée du temps de travail, concurrence internationale, développement des renouvelables… Quelle est la position de la candidate du Front National sur toutes ces questions de société ? Son programme en 144 points apporte toutes les réponses.

Marine Le Pen se présente à l'élection présidentielle pour la seconde fois. En 2012, celle qui dirige le Front National avait réuni 17,9 % du total des voix au premier tour. Son programme pour ce nouveau scrutin tient en 144 points, dont certaines mesures sont très symboliques. Batiactu vous indique les principales propositions pour le secteur de la construction et du BTP.

 

Economie

 

Parmi les mesures économiques, la présidente du Front National prône un "protectionnisme intelligent" et un "patriotisme économique", visant à soutenir les entreprises françaises face à leurs concurrentes internationales, jugées déloyales. La candidate propose d'interdire l'importation et la vente de produits étrangers "ne respectant pas les normes imposées aux producteurs français", sachant que les produits commercialisés en France sont déjà soumis aux normes NF et marquages CE. Elle souhaite également réserver la commande publique aux entreprises nationales (dont en partie des PME), avec une réserve toutefois : seulement "si l'écart de prix est raisonnable".

 

Autre mesure annoncée : la suppression sur le territoire de "la directive détachement des travailleurs qui y crée une concurrence déloyale inadmissible". Concernant l'évolution des modes de travail, la leader frontiste veut créer un secrétariat d'Etat dédié "aux mutations économiques" qui serait rattaché au ministère des Finances, pour travailler sur les grandes tendances que sont l'ubérisation, l'économie du partage et la robotisation de la production.

 

Afin de soutenir les petites entreprises, la candidate FN prévoit d'alléger la complexité administrative et fiscale au moyen d'un guichet unique dédié à la fois aux questions sociales, fiscales et administratives, de la généralisation du titre emploi service entreprise aux TPE, du remplacement du compte pénibilité "inapplicable dans sa forme actuelle", au moyen d'un nouveau dispositif reposant sur une évaluation individualisée par la médecine du travail. "La pénibilité constatée sera compensée par une majoration des annuités de retraite", avance le programme.

 

Impôt sur les sociétés

 

Marine Le Pen propose également de réduire le nombre d'obligations administratives liées au seuil social des 50 salariés, ou d'abaisser les charges sociales des TPE-PME "en fusionnant l'ensemble des dispositifs d'allègement des charges sociales de manière dégressive (le CICE sera transformé en allègement de charges et entrera dans le dispositif)". Un allègement conditionné au maintien de l'emploi.

 

Autre mesure, le maintien du taux réduit à 15 % de l'impôt sur les sociétés pour les TPE-PME et la création d'un taux intermédiaire à 24 % (au lieu de 33 %) pour les PME. Pour fluidifier la transmission d'entreprise, la candidate accordera l'exonération totale des plus-values de cession des actions et parts sociales au bout de 7 ans. Du côté de l'exemplarité de l'Etat, elle prévoit d'imposer à ses services et aux collectivités locales de respecter les délais de paiement en appliquant des pénalités automatiques.

 

Découvrez les autres propositions du programme 2017 dans les pages suivantes

actionclactionfp