Au final, la salle est une composition de deux chambres nichées l'une dans l'autre - une chambre intérieure flottante contenant l'audience qui crée l'intimité visuelle et acoustique entre l'audience et les musiciens, et un espace extérieur avec sa propre présence acoustique et architecturale. Une innovation à la fois architecturale, scénographique et acoustique.

 

"En dépit de sa jauge de 2.400 places assises, la Philharmonie instaure une véritable intimité", estiment les équipes néo-zélandaises de Sir Harold Marshall. Une sensation bien réelle, puisque la distance entre le chef d'orchestre et le dernier spectateur n'est que de 32 mètres (Ndlr : contre 48 mètres à la Salle Pleyel qui dispose d'une bien plus petite capacité).

 

Découvrez dès la page 9, la suite de l'article et le diaporama.

actioncl