Les contrats de chantiers. Ce projet souhaiterait "favoriser et sécuriser, par accord de branche ou, à défaut, à titre expérimental en fonction du secteur ou des effectifs de l'entreprise, le recours aux contrats à durée indéterminée conclus pour la durée d'un chantier".

 

"Ces contrats de chantiers largement utilisés dans le secteur du BTP pourraient être étendus à d'autres secteurs d'activité", rappelle Patrick Liébus, président de la Capeb. C'est selon, lui, une "bonne chose." "Cela pourrait peut-être répondre à certains secteurs comme le secteur informatique sur des contrats de projet", note-t-il.

 

Sans date de fin précise - contrairement à un CDD - le CDI de chantier a pourtant vocation à s'arrêter au terme de la mission pour laquelle le salarié est engagé. Ce qui n'est pas le cas d'un CDI "classique", prévu pour durer.

 

L'employeur peut ainsi ajuster la durée effective du contrat aux besoins du chantier et s'adapter aux éventuels contretemps (retard de livraison, aléas climatiques...). Cela lui permet de ne pas recourir au CDD, plus rigide et qui donne lieu à des indemnités de précarité.
La Cpme y est favorable mais cela ne répond à leur demande concrète. Enfin, l'Unsfa, s'en félicite, étant demandeur de la reconduction du dispositif depuis 2003.

actioncl