Sous l'Empire, le premier architecte de Napoléon Ier, Pierre-François-Léonard Fontaine, a compilé les projets, les archives et les mémoires de ses prédécesseurs. Le travail de synthèse, repensé pour l'Empereur, lui a ensuite été présenté, puis conservé dans le bureau de Fontaine. Or celui-ci sera mis à sac et brûlé lors de la révolution de 1848, anéantissant ainsi les sources dont les historiens pouvaient disposer. "Beaucoup de feuilles ont dû être exposées et sont restées au château. Et il est possible que d'autres feuilles soient encore présentes quelque part", souligne Elisabeth Maisonnier. Par la suite, Louis XVIII décida, avant de prendre ses quartiers à Versailles, de faire détruire le pavillon de la vieille aile pour en faire construire un nouveau, symétrique à l'aile Gabriel, renforçant encore plus l'ensemble hétéroclite du site. Puis les projets finirent par se tarir, puisque plus aucun gouvernement ne souhaita s'installer dans ce lieu emblématique de l'Histoire de France.

 

Pour conclure la présentation de cette exposition "Versailles. Architectures rêvées 1660-1815", une citation de l'architecte Fontaine semble fort à propos, issue de son journal à la date du 30 juillet 1810 : "Examen des projets faits jusqu'ici, grands pourparlers, discussions, incertitudes, choses inutiles et pour tout résultat, rien."

actioncl