PATRIMOINE. La ministre de la Culture a rendu hommage à Pierre-André Lablaude, architecte en chef et inspecteur général honoraire des Monuments historiques, notamment en charge du domaine national de Versailles. Elle a salué son travail de restauration dans des lieux très emblématiques de l'histoire française.

Flèche du Mont-Saint-Michel, Orangerie et Petit Trianon à Versailles, abbaye de Royaumont, château de La Roche-Guyon… Pierre-André Lablaude est intervenu sur tout ce que la France compte de monuments historiques, ou presque. Sa disparition, ce 26 juillet 2018 à l'âge de 71 ans, marque le monde de la Culture et du patrimoine. Françoise Nyssen résume le parcours de ce spécialiste des vieilles pierres, passé par le Centre d'études supérieures d'histoire et de conservation des monuments anciens (la future Ecole de Chaillot, où il enseignera) : "Lauréat du concours de 1981 des architectes en chef des Monuments historiques et ancien inspecteur général des Monuments historiques, il a particulièrement œuvré pour la restauration de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et notamment celle, spectaculaire, de sa flèche". La ministre évoque ses nombreux autres chantiers, dont ceux des châteaux de Villarceaux et de Farcheville, en Île-de-France. Pour l'Unesco et le ministère des Affaires étrangères, l'architecte conduisit également des missions d'expertise à Angkor-Vat (Cambodge) ou au parc Quinta Normal de Santiago (Chili).

 

Mais c'est dans sa ville natale, Versailles, que Pierre-André Lablaude mène le chantier de sa vie : en 1990, il est nommé architecte en chef du domaine national où il mène la réhabilitation du parc et du Trianon. Une opération d'envergure qui consistait à recomposer, de la plus fidèle des manières, le cadre d'origine du château et rendre aux allées leur charme d'antan. Chevalier de la Légion d'Honneur, commandeur dans l'Ordre des Arts & Lettres, sommité dans les recherches sur les jardins historiques, "il a profondément contribué aux réflexions sur la restauration des monuments", souligne Françoise Nyssen. Batiactu avait eu le privilège de l'interviewer, en 2013, sur la reconversion des bâtiments historiques par des groupes privés. Retrouvez cet entretien.

actionclactionfp