WEBDOC 2/10. Pour fêter ses 20 ans, Batiactu vous propose un webdocumentaire exclusif : "20 ans pour construire l'avenir." Découvrez le deuxième épisode, consacré aux évolutions qu'a connues la conduite des chantiers ces vingt dernières années (de 2001 à 2021), notamment en termes de sécurité et de prévention. "Ça bouge sur les chantiers !"

10 experts, dix thèmes, le tout en dix épisodes, pour tout comprendre sur les évolutions passées et à venir du secteur de la construction, du bâtiment et du cadre de vie : Batiactu vous propose de retracer les "20 ans pour construire l'avenir" qu'ont représentés les années 2001 - date de naissance de votre média - à 2021, sous le format pédagogique du webdocumentaire.

 

Deuxième épisode de la série, "Ça bouge sur les chantiers !" revient sur les évolutions des chantiers au cours de ces deux décennies, notamment en termes de sécurité et de prévention, avec notre expert : Martial Barbarou, Directeur Prévention chez Vinci Construction France*.

Découvrez ci-dessous le second épisode de notre webdocumentaire :

 

En 20 ans, la vie de chantier pour les artisans, comme pour les ouvriers du secteur du bâtiment, a en effet considérablement évolué. Avec plus de sécurité et moins de pénibilité, plus de formations ainsi que de nouvelles règles de l'art pour accompagner la transition environnementale, mais aussi une organisation et une administration des chantiers qui s'adapte et se digitalise, pour gagner du temps et réduire également les impacts environnementaux.

 

Trois plans marquants

 

Parmi les événements marquants, on peut citer notamment la mise en place des trois plans dotés de 70 millions d'euros, que sont les plans PACTE, PTNB et PRDA : chacun a accompagné les professionnels, que cela soit avec la nouvelle rédaction de règles de l'art ou des calepins de chantiers, avec des incitations à l'emploi du numérique, ou encore dans la recherche et développement contre le risque amiante.

 

Côté obligations administratives, la possibilité d'embaucher un travailleur de l'Union Européenne sur des chantiers nationaux, pour pallier le manque de main d'œuvre et se conformer au principe de libre circulation dans l'espace européen, a fait l'objet d'une fraude accrue dans le secteur du BTP en France. Conséquences : des conditions de travail illégales et indignes pour certains travailleurs étrangers et une concurrence déloyale. À la demande des organisations professionnelles, une carte professionnelle du BTP, créée par la loi Macron en 2015, est ainsi devenue obligatoire à compter du 1er octobre 2017. En cas de non-présentation de la carte lors d'un contrôle de l'inspection du travail, l'entreprise encourt une amende administrative de plusieurs milliers d'euros par salarié non pourvu. Aujourd'hui, 1,3 millions de salariés sont titulaires de la carte professionnelle du BTP.

 

Sécurité, prévention et réduction de la pénibilité

 

Mais c'est surtout en termes de sécurité et de prévention que les vingt dernières années témoignent de nombreux progrès, avec notamment des baisses significatives de la sinistralité et des accidents sur les chantiers.

 

Les actions sur le terrain et la mobilisation des acteurs du BTP pour sensibiliser et encourager les démarches de prévention ont notamment été portées par l'action de l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) qui a fêté ses 70 ans en 2017. "Chez Vinci construction France, nous rappelle notre témoin pour cet épisode, Martial Barbarou, directeur Prévention de la major du BTP, nous avons divisé par trois le nombre d'accidents : c'est autant de personnes qui peuvent continuer à travailler et autant de drames évités." De nombreuses initiatives sont prises à tous les niveaux de l'entreprise pour éradiquer les risques sur les chantiers (préparation, organisation, technique) et instituer une véritable culture sécurité, sur le terrain, mais aussi en amont, grâce aux formations. Une co-construction des actions de prévention et de chasses aux risques qui convergent vers un objectif unique : le "zéro accident". "La réussite en prévention allie à la fois une sécurité technique, une sécurité organisationnelle, le management de nos chantiers mais aussi le facteur humain", rappelle Martial Barbarou.

 

En parallèle, la pénibilité des métiers du bâtiment est aussi au cœur des préoccupations, notamment la lutte contre les troubles musculosquelettiques, qui touchent les articulations, les muscles et les tendons confrontés à des sollicitations régulières, première cause de maladies professionnelles dans le BTP. Le design des outils et les équipements obligatoires individuels font ainsi de nombreux progrès : les fabricants rivalisent d'ingéniosité afin de travailler le design de leurs produits et accompagner leurs usages, réduire les vibrations ou faciliter leur emploi, quand ce ne sont pas les filières elles-mêmes qui s'engagent, comme fin 2000, celle des cimentiers, qui s'est engagée pour la réduction du poids des sacs de ciment.

 

Pour optimiser la production, réduire les gaspillages sur chantier mais aussi renforcer la prévention des risques professionnels et améliorer les conditions de travail au sein des entreprises de la construction, les professionnels s'intéressent également de plus en plus à la démarche "Lean", un mode de travail collaboratif issu du monde des entreprises.

 

Le chantier de sécurisation puis de restauration de Notre Dame de Paris, victime d'un incendie spectaculaire le 15 avril 2019, allie haute technicité, numérique - avec l'utilisation de drones et de maquettes dédiées - art et savoir-faire des métiers et des compagnons ouvriers : une illustration exemplaire et emblématique de ce que peut être désormais, un chantier du XXIe siècle sur un bâtiment multiséculaire.

 

Le bâtiment veut enfin aller encore plus loin dans l'innovation, avec de nouvelles technologies et équipements : l'emploi du numérique, voire du BIM, apporte une cohérence dans la conception et l'organisation du chantier ; le suivi de chantier peut même se faire désormais via une application sur tablette ou smartphone ; les outils se connectent afin de réduire la pénibilité et assurer une plus grande sécurité sur site : gant "bionique" ou encore exosquelette ont ainsi fait leur apparition ; enfin, le futur des chantiers se construit dès à présent, à l'image du pilotage de grue à distance en utilisant l'assistance vidéo et la réalité augmentée ou le traitement de datas des données chantier pour anticiper productions ou actions à mener. Et il ne faut pas oublier le nécessaire déploiement de nouvelles techniques sur le terrain, liées à l'emploi de nouveaux matériaux, notamment biosourcés ou du fait de l'industrialisation.

 

Retrouvez l'ensemble des épisodes en cliquant ici

 

Notre témoin : Martial Barbarou, Directeur Prévention Vinci Construction France


Martial Barbarou, Directeur Prévention Vinci
Martial Barbarou, Directeur Prévention Vinci Construction France © Batiactu

Diplômé de l'IUT génie-civil de Toulouse et titulaire d'un Bachelor of Sciences obtenu à Londres (Kingston University) et après une licence professionnelle Environnement et Construction à La Rochelle, Martial Barbarou a commencé sa carrière en 2001, comme animateur environnement chez GTM Construction dans la Région Grand-Est. Il élargit ensuite ses compétences dans le domaine de la qualité puis de la prévention, en coordonnant les activités Qualité Prévention Environnement de la Direction Déléguée Grand-Est de VINCI Construction France. Après avoir rejoint la direction prévention de VINCI Construction France en 2010, Martial Barbarou est nommé directeur prévention de VINCI Construction France, en novembre 2012.

actionclactionfp