FORMATION. Le Gouvernement et les acteurs des infrastructures numériques ont signé le 1er décembre 2021 un nouveau protocole d'engagement de développement de l'emploi et des compétences (Edec), financé à hauteur de 50% par l'Etat. Le but : assurer la pérennité des emplois créés autour du plan France très haut débit, une fois le déploiement de la fibre optique terminé.

D'ici à 2025, le réseau de fibre optique couvrira 100% du territoire national ou presque. Un déploiement réalisé en moins de 15 ans avec pour cadre le plan France très haut débit et qui mobilise de nombreux emplois partout en France : un peu moins de 40.000 le seront en 2022, son plus haut niveau, après une forte accélération des embauches en 2020 et 2021 dont l'ampleur était inattendue. "Nous avons levé une armée, en très peu de temps", se plaît à dire Etienne Dugas, président de la fédération Infranum jusqu'à fin 2021, au cours d'un échange avec Batiactu.

 

Cependant, le plan va toucher à sa fin, et la filière des infrastructures numériques s'interroge depuis longtemps sur la façon de pérenniser les emplois créés. C'est pourquoi, avant même la fin en 2020 du premier protocole d'engagement de développement de l'emploi et des compétences (Edec) pour accompagner la montée en puissance du déploiement, les acteurs de la filière planchaient déjà sur un "Edec 2", pour "gérer la décroissance" selon l'expression du président d'Infranum. "Il faut attaquer la reconversion dès 2022", prévient-il, et le protocole entre l'Etat et la filière est justement conçu pour cela.

 

4 axes de travail

 

Si son contenu est prêt depuis longtemps, les déboires de l'opérateur de compétences (Opco) de la construction Constructys ont retardé la finalisation de cet Edec d'un an, selon ce qu'il se dit en coulisses. Mais ce 1er décembre 2021, le protocole-cadre national a pu être signé par l'Etat, représenté par la ministre du Travail Elisabeth Borne et le secrétaire d'Etat chargé du numérique Cédric O, et les acteurs du secteur, portés par Nicolas Guérin, président du comité stratégique de la filière des infrastructures numériques.

 

Courant jusqu'en 2024, ce nouvel Edec se déclinera autour de 4 axes : réaliser une étude pour cartographier les besoins en compétences de la filière concernant les grands chantiers à venir ; accompagner les entreprises, notamment les TPE-PME, dans la gestion des emplois et des compétences ; conduire vers de nouvelles compétences grâce à une révision de l'offre de formation et des modalités pédagogiques de sa mise en œuvre ; valoriser les action de l'Edec et mettre en place des outils de communication pour améliorer l'attractivité des métiers, décrit un communiqué de presse.

 

1,3 million d'euros sur la table, 140.000 emplois concernés

 

Le budget global s'élève à près d'1,3 million d'euros, financé à 50% par le plan d'investissement dans les compétences. Le but : "poursuivre l'action de la filière pour répondre aux besoins de recrutement liés (…) au déploiement de la 5G, de l'internet des objets et des villes intelligentes", décrit la ministre du Travail Elisabeth Borne. Des secteurs porteurs d'emplois, clairement identifiés par la filière comme des débouchés d'avenir.

 

Des débouchés prometteurs

 

Alors qu'il s'apprête à rendre les clés de la présidence de la fédération qu'il a créée et menée pendant 9 ans, Etienne Dugas a confié à Batiactu quels étaient, selon lui, les débouchés les plus prometteurs pour les acteurs de la fibre optique et "l'armée" de salariés qu'elle a levée. "Pour le déploiement de la 5G, la reconversion est assez simple, d'autant plus que les antennes doivent être raccordées à la fibre", observe-t-il ainsi.

 

Cependant, il pense que c'est le développement des capteurs qui pourrait être le plus porteur en termes d'emploi. A installer sur des mâts d'éclairage public, ou sur des équipements de signalisation routière, "dans les deux cas la reconversion est là aussi assez simple". Des perspectives sont également envisageables autour de la collecte et du traitement des ordures ménagères.

 

Les entreprises laissent par ailleurs aller leur regard au-delà des frontières. Car si l'Hexagone s'affiche en champion européen du déploiement de la fibre optique, plusieurs de nos voisins sont, à l'inverse, quelque peu à la traîne. Le savoir-faire français commence donc aussi à s'exporter.

 

Enfin, si Infranum et les acteurs de la filière espèrent voir émerger un vaste plan pour les territoires connectés et durables sur le modèle du plan France très haut débit, "nous sommes encore largement dans la prospective, admet Etienne Dugas. Nous ne savons pas encore ce qu'il pourrait générer ni en volume d'affaires pour nos entreprises, ni en termes d'emplois".

 

Imaginer les besoins nouveaux, se tourner vers des métiers d'avenir, organiser la formation pour y parvenir. Il s'agit donc d'offrir de réelles opportunités aux collaborateurs et aux entreprises. Au total, ce nouvel Edec pourrait bénéficier à environ 13.000 sociétés, et concerner plus de 140.000 emplois directs, pour un total 40Mds€ de chiffre d'affaires. Ce nouvel Edec témoigne ainsi, selon Nicolas Guérin, « de la capacité de la filière des infrastructures numériques à se projeter dans l'avenir », à « continuer à porter des projets ambitieux » et surtout de son « dynamisme ».

actionclactionfp