ENFANCE. L'école maternelle Nicolas Vanier de Barjouville (Eure-et-Loir) est issue de la volonté municipale et du travail des architectes Benoît Tribouillet et Sophie Berthelier. Leur souhait commun ? Proposer un projet bien inséré dans le village, à la volumétrie maîtrisée mais avec une petite touche de modernité. Découverte.

La rentrée des petits sera certainement plus agréable dans une jolie école toute neuve et bien pensée. Inaugurée à la fin de 2017, l'école Nicolas Vanier de Barjouville, a suscité une réaction enthousiaste de la préfète d'Eure-et-Loir : "Votre bâtiment, on a envie de le croquer, on dirait du pain d'épice !". Mais quels sont les secrets de ce faux-air ?

 

C'est l'architecte Benoît Tribouillet qui l'explique : "Le parti pris architectural est un assemblage de maisons reliées par une toiture-terrasse". Le maire de la commune de 1.800 âmes, Jean-François Lelarge, renchérit : "Le projet est bien inséré dans le village, il ressemble aux maisons du secteur". Mais le bâtiment se pare d'une robe métallisée du plus bel effet. Le maître d'œuvre reprend : "Avec Sophie Berthelier, nous aimons sortir les matériaux de leur contexte et proposer des choses inattendues. D'où l'utilisation de la terre cuite mais émaillée, un peu comme au Beffroi de Tours mais en plus coloré". Avantage, selon l'intéressé : le revêtement est autonettoyant et il n'y a pas de développement de mousse. Il a donc été posé sur les façades et les toitures, conférant une unité singulière aux petites maisons.

 

Découvrez les secrets de préparation de l'école Nicolas Vanier en images

actionclactionfp