Les équipes du groupement procèdent à l'installation de 50 portes dites nucléaires (fabriquées sur-mesure), dont 46 lourdes et 4 ascenseurs-cargos, ainsi que 194 portes aux critères élevés - confinement, explosion, coupe-feu... Le radiant en béton a été posé avec un panel de paramètres draconiens : 493 appuis parasismiques ont été réalisés en néoprène fretté, pour un poids total de 350.000 tonnes. Le hall d'assemblage du Tokamak affiche lui aussi des dimensions titanesques : 120 mètres de large par 73 de haut. L'Arc de Triomphe de Paris pourrait y tenir sans difficulté.

 

Pour la réalisation de ce prototype unique au monde, les contraintes majeures se focalisent sur la complexité des formes géométriques, la densité des inserts et des armatures, et la difficulté pour intégrer au millimètre près une machine expérimentale aux formes et dimensions atypiques. Toutes les études d'exécution ont été réalisées en 3D, sans quoi le projet aurait été "infaisable" selon Fabrice Lemaire, directeur du projet Iter chez Vinci. Des bétons "hors du commun" avec un cahier des charges "compliqué" ont été mis en oeuvre : des formulations de bétons spécifiques, affichant notamment une étanchéité aux neutrons, ont été élaborées.

actioncl