PRODUITS DE LA CONSTRUCTION. La base numérique gérée par l'Alliance HQE-GBC a franchi au 31 mai le cap des 2.000 données spécifiques de performance environnementale, 100% vérifiées. Mais certains secteurs demeurent à la traîne.

L'Alliance HQE-GBC manie le bâton. "Cette année, nous mettons en lumière les données manquantes" dans la base Inies de performances environnementales de produits et d'équipements du bâtiment, a déclaré Anne-Sophie Perrissin-Fabert, directrice de l'Alliance HQE-GBC, ce mardi 9 juillet, lors de la présentation du baromètre Inies 2019. L'objectif étant d'inciter les fabricants à alimenter cette base de données, qui compte désormais 140 déclarants et aide à l'évaluation des performances environnementales des bâtiments sur la base d'une analyse en cycle de vie.

 

La réglementation 2020 est en vue

 

Selon l'Alliance HQE-BGC, qui gère la base Inies, les fabricants de chapes, de clôtures, de conduits de fumisterie, de colles, de cuves et de réservoirs, d'éviers et de lavabos, de faïences, d'escaliers en béton ou encore de plinthes et de portes hors bois figurent parmi ceux qui tardent à fournir des données environnementales.

 

Or, alors que la réglementation environnementale 2020 devrait entrer en vigueur l'an prochain, selon la loi Elan promulguée en novembre dernier, et dans le cadre de l'expérimentation E+C- (Energie + Carbone -) lancée en 2016 par les pouvoirs publics, les données de la base Inies "se trouvent plus que jamais au cœur du sujet" de la performance environnementale des bâtiments, a souligné Emmanuel Acchiardi, sous-directeur de la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP) en charge de la qualité et du développement durable dans la construction. La DHUP siège en effet au conseil de surveillance de la base Inies.

 

 

L'heure est néanmoins à la satisfaction, la base ayant franchi au 31 mai le cap des 2.000 données spécifiques vérifiées à 100% par une tierce partie indépendante, comme cela doit être le cas depuis le 1er juillet 2017. La France se trouve ainsi aux avant-postes mondiaux des programmes d'EDP (environnemental product declaration), devant l'Allemagne et les Etats-Unis, souligne l'Alliance HQE-GBC. Au nombre de 2.021, exactement, les données spécifiques de la base Inies comprennent 1.374 fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) de produits de construction, correspondant à 61.306 références commerciales, et 647 Profils environnementaux des produits (PEP) Ecopassport. Si la base a ainsi enregistré une hausse de 15% du nombre de FDES depuis le début de l'année, le nombre de PEP a en revanche diminué de 17%, en raison d'un archivage des données arrivées au terme de leur durée de validité. Quant aux valeurs par défaut et aux données conventionnelles de service, elles étaient respectivement au nombre de 605 et de 46 dans la base à la fin mai.

 

Les menuiseries en tête

 

Sur les 1.374 FDES, pas moins de 636 concernent le domaine de l'isolation, en pole position des bons élèves, suivi par le cloisonnement et les plafonds suspendus (184), puis par les revêtements de sols et murs (157). Le gros des références commerciales se trouve dans le secteur des menuiseries (11.201), talonné par les revêtements (8.295). Quant aux PEP, sur le total de 647, 386 sont le fait des fabricants d'appareillages d'installation pour les réseaux d'énergie électrique et de communication.

 

Bien que l'alimentation de la base demeure loin de l'exhaustivité, elle connaît un intérêt grandissant, avec 1.367 utilisateurs à l'heure actuelle, soit une augmentation de 14,5% par rapport à 2017.

actionclactionfp