Sous l’impulsion de Nicolas Hulot, en avril 2018, alors qu’il occupait le poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, a été initié le Plan de rénovation énergétique du bâtiment. Lors, le Ministre estimait que le sujet était une priorité nationale puisque le secteur du bâtiment était à l’origine de près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre et représentait un peu moins de la moitié de la consommation d’énergie finale.

Le Plan prévoyait notamment des actions telles que la rénovation de 500.000 logements, et ce chaque année, de manière à résorber les quelques 7 millions de foyers mal isolés. Pour y parvenir, différentes mesures ont été mises en exergue. Ainsi, le Ministre annonçait que le CITE en place serait remplacé par une prime forfaitaire évolutive selon les ressources, mesure non entrée en vigueur en 2018 comme initialement prévu, les ménages définis comme modestes pourraient bénéficier d’un fonds de garantie et également que les DPE (diagnostics de performance énergétique) seraient plus fiables. Pour accompagner ces mesures, des budgets seraient développés avec 5,4 milliards d’euros pour aider le logement social, 4,8 milliards pour les bâtiments publics.

Plus d’un an après, à l’instar du Grenelle de l’Environnement qui appuyait déjà, en 2008, sur ces faiblesses, les objectifs du Plan ne sont pas tenus.

Sélection Produithèque
Sélection d'offres d'emploi
>Poseur, Monteur en Menuiserie aluminiumOutre-MerAluver
>Opérateur en désamiantage H/FÎle de FranceAmiantech
>GEOMETRE PROJETEUR F/HBourgogneEurovia bourgogne franche comté
>Spécialiste en Ingénierie Maintenance Infrastructure F/HBretagneService d'infrastructure de la defense
>RESPONSABLE OPERATIONNEL H/FÎle de FranceEpitech