RESTAURATION. Le château d'Ansembourg, à une quinzaine de kilomètres de Luxembourg, fait l'objet de travaux de restauration lourde et d'isolation qui sortent de l'ordinaire : le choix du béton de chanvre - matériau inédit pour la réfection d'un bâtiment historique - a obligé les différents artisans à se former à cette technique particulière. Reportage.

A une quinzaine de kilomètres de Luxembourg, au cœur de vallons boisés, se trouve le grand château d'Ansembourg. Son histoire est intimement liée à celle de l'ancienne forteresse éponyme, dont la construction est estimée entre 1100 et 1200. La dynastie des Ansembourg résida dans ce dernier durant plusieurs siècles, mais c'est au XVIIème que cette puissante famille seigneuriale signa un accord avec l'homme d'affaires Thomas de Bidart, accord qui permit le développement de l'industrie du fer dans la région. Dès lors, la "Maison du maître des forges", demeure de la famille Bidart, fut édifiée en pierres massives, puis se transforma au fil du temps en ce qui allait devenir le grand château d'Ansembourg.

 

Le maître d'ouvrage privé de ce lieu historique, qui en est le propriétaire depuis 1986, souhaita dès son acquisition le restaurer, en coopération avec le service luxembourgeois des Sites et monuments nationaux. Trois phases de travaux ont alors été arrêtées : d'abord, une phase de consolidation des fondations ; puis une phase de rénovation des escaliers et du soutènement des terrasses ; enfin, une phase de consolidation de la partie centrale du château, la plus ancienne. Les deux premières phases ont été effectuées, et c'est maintenant la troisième et dernière phase qui est en cours de réalisation. Mais les travaux de réhabilitation s'avèrent lourds pour ce château qui subit aujourd'hui les dégâts du temps.

 

Découvrez ce reportage en images dans les pages suivantes.

actionclactionfp