Mais pourquoi recourir à des ossatures en métal ? "Le béton de chanvre est habituellement utilisé sur des ossatures bois, or ici c'était impossible à cause de la mérule", note Yannic Santandreu, responsable technique chez BCB Tradical. "C'est pourquoi nous avons eu recours aux ossatures métalliques. Mais l'intérêt du dispositif ne s'arrête pas là : nous avons également retourné les rails constituant les ossatures pour permettre au béton de chanvre d'être solidaire du support et de la structure. C'est une innovation qui 'déroge' aux règles conventionnelles, mais ce modèle est en fait reproductible sur n'importe quel type de bâti."

 

Concrètement, des ossatures aux profils galvanisés ont été positionnées à la verticale tous les 40 cm, et en retrait de quelques centimètres du mur, grâce à des vis de calage qui non seulement écartent les supports mais en plus les stabilisent. Des rails de 48 mm d'épaisseur au profil en U ont été posés, avec le creux côté extérieur. "Cette solution garantit un recouvrement optimal des profils, avec une épaisseur suffisante de béton de chanvre pour pallier aux variations dimensionnelles du matériau, et donc éviter des détériorations de l'ouvrage", poursuit Yannic Santandreu. De plus, ce système d'isolation répond au principe de la réversibilité, c'est-à-dire qu'il pourra, si besoin, être enlevé. Afin de ne pas dénaturer ce site historique, la maîtrise d'ouvrage tenait effectivement à ce que le béton de chanvre porté par des structures métalliques indépendantes du support puisse être retiré au cas où.

actioncl