Un peu d'histoire pour commencer : le manoir de Verdigné a été construit par un dénommé Thibaut Bouju durant les guerres de religion de la fin de la Renaissance. Le site, édifié sur un large terre-plein ceint de douves, est constitué d'un corps de logis encadré de deux ailes latérales, cantonné par quatre pavillons an plan bastionné. Au fil du temps ne sont restés que trois pavillons sur les quatre, dont un, le pavillon sud-est, est donc le seul à avoir conservé sa charpente d'origine, en deux étaux.

 

Comme une intervention s'imposait, les artisans ont tenu à respecter le matériau - et le travail - entrepris au XVIe siècle : "Il fallait absolument conserver le bois de l'époque, c'est pourquoi nous avons mené une restauration a minima, intelligente", explique Stéphane Leroux, gérant de la société éponyme spécialisée dans la charpenterie. "Ce qui était vraiment dégradé a été déposé et remplacé par du bois neuf", poursuit-il. "Les pièces partiellement usées, elles, ont été récupérées et réutilisées ailleurs. Le but était de limiter au maximum l'apport de bois neuf."

actioncl