CULTURE. Le gouvernement s'est félicité de la décision de l'Unesco d'ajouter deux biens français à sa liste du patrimoine mondial. Le défi est aujourd'hui d'honorer ces sites en les préservant.

La France ajoute deux sites à son palmarès de biens inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Le 24 juillet, le dernier phare de mer habité en France s'est vu inscrit sur la liste du patrimoine mondial de la célèbre organisation internationale. Le phare de Cordouan, situé en Gironde, a été construit il y a plus de 400 ans. Commandité par Henri III pour remplacer une vieille tour à feu anglaise, le monument a été bâti sous Henri IV et rehaussé sous Louis XVI, le phare avait été inauguré en 1611. Sa tour tronconique faite de pierre claire encadre l'entrée du plus grand estuaire d'Europe, entre Verdon-sur-Mer (Gironde) et Royan (Charente-Maritime).

 

Le phare devient le second au monde à être inscrit sur la prestigieuse liste, après celui de La Corogne en Espagne. C'est "une victoire pour le patrimoine maritime français", s'est réjouie la ministre de la Mer Annick Girardin, dans un communiqué. "Mais elle implique une grande responsabilité, celle de continuer à préserver ce site exceptionnel pour les générations futures. Après avoir guidé des milliers de marins et leurs embarcations, ce phare continue de symboliser le génie français et possède une place à part dans notre patrimoine maritime national."

 

Vichy rayonne également

 

Le gouvernement a également salué l'inscription de la ville thermale de Vichy, qui fait partie des grandes villes d'eaux d'Europe, toutes sélectionnées par l'Unesco pour figurer sur sa liste. Des villes en Allemagne, Autriche, Belgique, Italie, Royaume-Uni et en République Tchèque sont concernées. La décision a été prise à l'unanimité des membres du Comité du patrimoine mondial réuni pour sa 44e session à Fuzhou, en Chine, le 24 juillet.

 

Ce nouveau site qui regroupe des stations thermales importantes d'Europe "offre un témoignage exceptionnel du phénomène de la balnéologie européenne", a déclaré le ministère de la Culture, dans un communiqué. "Ces villes rivalisaient culturellement avec les grandes métropoles et devinrent une source d'inspiration intellectuelle, artistique, sociale et politique, contribuant ainsi à la démocratisation de la société européenne." Ces ajouts portent à 47 le nombre de biens culturels et naturels français inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

actionclactionfp