Le jury a eu plus de mal à trancher pour le troisième prix du concours Acier 2019, décidant in fine de placer deux projets ex-aequo. D'une part, ont été récompensés les élèves de l'ENSA de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) Thomas Schwindenhammer, Fabien Burgeat et Yousra El Abassi, ainsi que l'étudiant Mathieu These de l'Ecole nationale des Ponts et chaussées, pour leur projet Tout-en-un. En quoi consiste-t-il ? A proposer "une vision sur le long terme, et de concevoir un bâtiment flexible, réversible, évolutif : un volume abritant un complexe sportif mais ayant le potentiel d'accueillir d'autres programmes au service de la communauté". Car c'est bien dans l'optique des Jeux Olympiques de 2024 que se dessinent les contours de cette idée : la construction du village olympique et des sites d'entraînement représente une opération de 50 hectares autour de la Seine, et implique notamment la destruction d'une partie des locaux de l'Institut supérieur de mécanique de Paris (SupMéca). Sauf que, parallèlement, la direction de l'établissement ambitionne de doubler le nombre d'étudiants d'ici 20 ans.

 

Afin de répondre à ce double besoin, les étudiants suggèrent un bâtiment sur une emprise de 500 m² dans l'alignement des bâtiments de SupMéca. "La parcelle est occupée de manière à permettre la construction d'autres édifices", précise le communiqué du concours. "Le bâtiment a l'ambition de proposer un complexe dédié à l'escalade sportive, une discipline ayant le statut de sport invité aux JO. Le bâtiment contient aussi un espace dédié aux médias, au dernier étage face à la Seine. Des gradins amovibles permettront au projet d'accueillir 700 spectateurs. A terme, ce bâtiment pourra s'adapter aux besoins de SupMéca en accueillant des logements et des lieux dédiés à la vie et l'apprentissage des étudiants."

actioncl