Le jury a attribué son deuxième prix au projet OTNI - pour Objet terrestre non-identifié -, porté par l'étudiant Tom Paturel, lui aussi de l'ENSA de Nantes. Le fil conducteur de la réflexion est de savoir ce en quoi pourrait être transformé l'ancien site ferroviaire d'Alstom sur la partie Ouest de l'île de Nantes. A travers cette idée, l'enjeu serait d'en faire un parc urbain : le projet OTNI "s'intéresse à cette mémoire du rail qui estampille l'espace et lui donne sa singularité", ajoutant qu'il "choisit d'abord de réinvestir un ancien hangar présent sur le site, mais ô combien délaissé, afin de lui insuffler un nouveau dynamisme", avec la volonté de le convertir en "un atelier métallurgique dédié à la production de microarchitectures".

 

Concrètement, OTNI, qui se veut un "véritable couteau suisse architectural", se présentera comme "une architecture circulaire caractérisée par sa reprogrammation permanente" : dans un premier temps, l'édifice abritera une crèche ainsi qu'une garderie ; puis, dans un second temps, le concepteur pencherait pour des équipements variés, allant de la guinguette au centre d'art, en passant par une école ou un centre sportif. "Les modules qui composent OTNI pourront se détacher de sa structure afin d'être remplacés", précise le jury. "Chaque entité sera produite par l'atelier métallurgique en fonction du besoin présent et sera libre de déambuler, par le rail, dans le parc ou de s'accrocher à cet objet circulaire qui y trône. OTNI pourra alors porter un ou 15 programmes différents et sera la pièce centrale d'un jeu de vases communicants."

actioncl