D'autre part, c'est le projet Scales, porté par Sarah Zwahlen, Adrien Simon et Hiba El Ghali de l'ENSA de Nancy (Meurthe-et-Moselle), qui est arrivé ex-aequo pour le troisième prix. L'idée se base sur la situation du bidonville de Makoko, dans la ville de Lagos (Nigeria) : bâti sur pilotis, il compte 150.000 habitants et se retrouve régulièrement confronté à d'importantes intempéries et, par extension, à des destructions. Imputant l'augmentation des sinistres au dérèglement climatique, les lauréats proposent un modèle de construction en acier prenant en compte ces contraintes, dont "le premier élément du module est la barge flottante". Celle-ci serait construite sur place grâce à des "bidons de stockage en acier récupérés dans les débris des différentes destructions". Quant à l'ossature, elle se présenterait comme une "structure en accordéon constituée de portiques de tôle d'acier pliée", prenant "la forme de profilés en U". De manière à superposer un second module sur l'unité initiale, les chevrons de la charpente pour la toiture devraient également être réalisés en profilés en U. Articulés, ces derniers pourraient pivoter et ainsi créer une ossature de plancher. Enfin, la couverture se composerait de cadres en acier sur lesquels serait soudé un grillage fin. Au bout du compte, les modules "créeront une digue de protection en bordure du bidonville afin de briser les vagues", et pourront accueillir non seulement des logements mais aussi des commerces ou des services.

actioncl