PROFESSION. A l'approche des élections municipales de mars 2020, la Fédération nationale des travaux publics formule une liste de propositions à destination des candidats pour accélérer la transition écologique et énergétique. Les professionnels du secteur dévoilent ainsi 11 pistes d'actions pour rendre les infrastructures plus efficientes.

Un mois avant les élections municipales de mars 2020, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) se positionne sur les sujets de transition écologique et énergétique et formule une liste de propositions aux candidats. Mettant en avant leur contribution à la construction et au développement des infrastructures et des réseaux, des lignes grande vitesse aux sites d'énergies renouvelables en passant par l'éclairage public et les digues, sans oublier les bornes de recharge électrique, les professionnels du secteur interpellent les élus locaux sur l'essor des mobilités propres, la lutte contre les émissions de dioxyde de carbone ou la préservation des paysages. "Contrairement à certaines idées reçues, les travaux publics sont au cœur de la transition écologique à travers les infrastructures qu'ils construisent, à tel point que plusieurs candidats ont sollicité notre expertise pour enrichir leur programme municipal d'actions concrètes", souligne à ce sujet Bruno Cavagné, le président de la FNTP. "Ce travail, à la fois pédagogique, concret et factuel, nous souhaitons aujourd'hui le partager avec le plus grand nombre car il y a urgence à agir !"

 

Repenser la construction de logements et auditer le patrimoine d'infrastructures

 

Concrètement, les entreprises du secteur proposent donc par exemple de convertir les systèmes d'éclairage public des communes en systèmes LED, dans un projet plus large visant à associer voirie urbaine, éclairage public et systèmes de détection au passage des piétons et des véhicules. La FNTP suggère par ailleurs aux municipalités d'établir des audits en début de mandat sur la qualité du patrimoine d'infrastructures de la commune, afin d'évaluer son degré d'usure et son besoin d'adaptation. Par extension, cela permettrait d'instaurer un programme pluriannuel d'investissements pour répondre aux nécessités. L'idée serait également de former le personnel municipal à utiliser l'ensemble des nouveaux outils de la commande publique pour proposer des marchés plus performants dans le domaine de la transition énergétique. Toujours dans cette logique de transition, le secteur demande de soutenir le déploiement de véhicules électriques, ce qui passe par l'essor des bornes de recharge électrique, sans oublier d'ailleurs la construction de stations à hydrogène ou la mise en place d'un service de voitures électriques en autopartage.

 

Quelques jours après l'adoption du projet de loi relatif à l'économie circulaire et à la lutte contre le gaspillage, les TP proposent aussi d'expérimenter un diagnostic déchets pour chaque chantier en lien avec les entreprises concernées, et de réaliser une étude de faisabilité ou d'opportunité pour bâtir une unité de production de biogaz à partir de boues d'épuration. Des aménagements optimisés pour la gestion des eaux pluviales, et le fléchage d'investissements en direction des berges des rivières pour les renaturer sont également inscrits au programme. En termes de construction, les professionnels des travaux publics proposent en outre de prévoir, de manière systématique, un système de stockage et de récupération des eaux pluviales lors de l'édification de logements neufs. De plus, quelques mois après l'adoption de la loi d'orientation des mobilités et de la promotion du Plan vélo, ils suggèrent de développer des voies cyclables en site propre et de garantir une voirie en parfait état pour assurer la bonne circulation des deux roues. Dernière proposition des TP : requalifier les friches industrielles dans l'optique de proposer aux habitants des nouveaux espaces de vie et naturels.

actionclactionfp