En charge de la Maison de la nature du Var, l'architecte Yves Perret, dont l'agence est basée à Saint-Etienne, est depuis longtemps positionné sur les questions environnementales. D'après lui, le chemin est encore long pour que la prise en compte de ces problématiques soient réelles et débouchent sur des changements de comportements. A travers les matériaux biosourcés, le bois non-traité, la réutilisation in situ de certains éléments ou encore le recours aux panneaux photovoltaïques, Yves Perret cherche à mettre au point "des bâtiments où le rapport au végétal est extrêmement imbriqué". Une conception économique et écologique qui se fixe comme objectif de "sortir de la banalité écrasante que le bâtiment porte aujourd'hui".

 

Pour l'architecte, "on peut équilibrer et mêler les différents types de production - industrielle, artisanale, artistique - et exploiter les possibilités inventives des matériaux. Le cerveau est endormi par une conception imbécile du travail manuel ; il faut redémarrer l'intelligence de la main." Ayant lui-même réalisé ses dessins et plans à la main - les ordinateurs étant considérés comme trop énergivores -, Yves Perret a souhaité "construire en terrain inondable comme si on était en terrain inondable", en intégrant donc cette caractéristique à sa réflexion sur le futur site. "Il y a une volonté de la mauvaise industrie de faire la même chose partout. On en arrive à une loi des séries qui finit par transformer les artisans en simples poseurs et non plus en véritables fabricants."

actioncl