Le chantier de la "Maison Bonheur" n'a pas été simple. Il a consisté à doubler (ou presque) la surface d'une villa de 180 m² en la portant à 320 m² alors que les occupants continuer à vivre sur place. Des travaux en site occupés qui ont nécessité la plus grande attention pour la sécurité et le bien-être de cette famille d'Orléans. Briques et charpente traditionnelle en bois local ont été utilisées pour transformer un anodin pavillon en superbe villa à hautes performances environnementales. L'étiquette énergétique est ainsi passée du niveau D (198,6 kWhep/m².an) à la B (52 kWhep/m².an) tandis que les émissions de gaz à effet de serre ont été ramenées de 16,2 kg/m².an à seulement 3 kg/m².an. Le budget a toutefois été conséquent (410.000 €) aboutissant à un coût de rénovation-extension de près de 2.300 €/m².

actioncl