PROMOTION. Pour accompagner ses adhérents, LCA-FFB organisait ce mardi 16 octobre 2018, sa 2e journée technique spécialement dédiée à la coopération entre promoteurs, industriels et bureaux d'études. Plus de 200 professionnels du logement collectif ont échangé sur la future RE2020, la qualité de l'air intérieur, la maquette numérique ou le logement du futur.

Innovation, solutions numériques et retours d'expériences de chantiers tests étaient au programme de la 2e journée technique organisée par Les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB). Le jour même de l'adoption définitive de la loi Elan, les professionnels de la promotion immobilière ont donc échangé autour de thèmes variés, toujours proches de l'actualité réglementaire, avec des partenaires industriels et des énergéticiens.

 

Les adhérents de LCA-FFB notent tout d'abord que dans le cadre de l'expérimentation E+C-, qui préfigure la Réglementation environnementale 2020, "le seuil Carbone 2 s'avère très difficile à atteindre avec les modes constructifs couramment employés, la structure et les fondations ayant un impact prépondérant dans le bilan carbone". Ils demandent également que la dérogation de 15 % sur les consommations pour les bâtiments collectifs d'habitation soit maintenue définitivement dans la future réglementation et qu'elle reste donc fixée à 57,5 kWh/m².an afin de "limiter les impacts sur le coût de construction". En effet, dans le volet Energie, l'atteinte du niveau E3 nécessite une production locale d'électricité ou le raccordement à un réseau de chaleur alimenté en majorité par des énergies vertes, tandis que le niveau E4 leur semble difficilement atteignable en raison d'un impact carbone trop important des capteurs photovoltaïques à installer pour le satisfaire…

 

Des logements connectés ET modulaires ?

 

Concernant la qualité de l'air intérieur, la loi Elan prévoit qu'un indicateur soit incorporé à la RE2020. Cependant, les professionnels s'interrogent sur sa teneur : "Taux d'humidité ? Taux de CO2 ? Taux de COV ?". Ils estiment être en mesure d'agir sur cette qualité en jouant sur la ventilation mécanique contrôlée, le chauffage, la connectivité des logements, mais également sur le gros œuvre, les menuiseries et le second œuvre tout en soulignant que "ventiler plus les logements semble constituer la solution, mais cela augmente la consommation d'énergie". Côté évolution des logements, les adhérents de LCA-FFB se sont penchés sur la modularité des biens, qui fait l'objet d'une attente forte des clients et favorise la commercialisation des programmes, contrairement à la connectivité, qui elle n'est pas bien perçue. Ils y voient des opportunités ralenties par des freins techniques, juridiques et économiques, voire psychologiques.

 

Enfin, dans le domaine du BIM enfin, des chantiers expérimentaux ont permis aux acteurs du secteur de mieux réfléchir de manière collaborative sur les projets et systèmes, en anticipant les problèmes techniques. Les Constructeurs et Aménageurs révèlent : "Grâce à la modélisation, le BIM facilite les études thermiques et environnementales, notamment le bilan carbone". Ils précisent toutefois que le chemin reste encore long en matière de formation et d'interopérabilité des logiciels.

actionclactionfp