Mais les difficultés ne sont pas terminées, puisque le bâtiment, érigé dans la première moitié des années 1960, présente une autre particularité, architecturale celle-là : "La trame porteuse est très resserrée, avec un poteau tous les 2,35 mètres", mentionne Claire Bertrand. La cause ? La petitesse des logements de l'ordre religieux à qui appartenait l'immeuble auparavant. "Il a donc été très complexe de recomposer des logements", ajoute-t-elle. Les calculs de descentes et reprises de charges étaient primordiaux lors de l'établissement des plans, afin de ne pas surcharger les fondations. Certains logements présentent, malgré tout, des poteaux dans la pièce à vivre, compliquant légèrement l'aménagement des lieux. A noter que le projet, lancé en 2014, n'a pas eu recours au BIM.

actioncl