CONCOURS. Dans le cadre de son centième anniversaire, la Fédération des ascenseurs a lancé un concours d'idées auprès des étudiants en architecture et jeunes professionnels sur le thème de l'évolution des villes à l'horizon 2050. Les participants ont présenté leurs techniques les plus en pointe dans les domaines de l'ascensorisme et du levage.

Un concours d'architecture pour célébrer ses 100 ans d'existence : ce fut l'évènement organisé en cette rentrée 2020 par la Fédération des ascenseurs, en collaboration avec l'Atelier international expérimental pour la cité bio-numérique, pour faire plancher étudiants en architecture et jeunes professionnels sur l'évolution des villes à l'horizon 2050. Dotés d'une enveloppe totale de 9.000 €, les différents prix ont présenté les techniques d'ascensorisme et de levage les plus en pointe pour améliorer la qualité de l'environnement de transport. Plus largement, l'objectif de ce concours baptisé "La cité des ascensions durables" était aussi de proposer des pistes de réflexion pour redynamiser les centres-villes anciens, pour mieux habiter dans des cités toujours plus denses, mais également pour limiter l'artificialisation des sols, économiser l'énergie, simplifier les déplacements et améliorer les circuits courts.

 

Présidé par l'ancienne ministre du Logement Emmanuelle Cosse, le jury du concours était en outre composé de l'architecte et co-fondatrice de l'Atelier bio-numérique Claire Bailly, du dirigeant du "Digital think tank hub institute", Vincent Ducrey, du président de la Fédération des ascenseurs, Guillaume Fournier-Favre, du chef de la mission prospective au ministère de la Transition écologique, Thomas Guéret, et de l'architecte Jean-Michel Jacquet.

 

89% des Français sont favorables à un élargissement des aides financières pour la rénovation des logements aux équipements de mobilité

 

L'autre évènement de la rentrée pour les ascensoristes est la publication du 5e baromètre Ipsos sur "les Français et l'ascenseur", qui met en avant quelques chiffres notables. Ainsi, on apprend par exemple que 89% de nos compatriotes sont favorables à un élargissement des aides financières pour la rénovation des logements aux équipements de mobilité. Si 81% jugent les aéroports et gares plutôt bien équipés en ascenseurs (78% pour les bureaux et 75% pour les centres commerciaux), 65% considèrent toutefois que les centres sportifs ne sont pas assez pourvus (61% pour les universités et écoles, 54% pour les administrations et 48% pour les transports en commun).

 

De plus, 7 Français sur 10 jugent l'ascenseur nécessaire avant le 4e étage pour bien vivre au quotidien dans son logement - pour rappel, la loi Elan a rendu obligatoire fin 2019 la présence d'un ascenseur à partir du 3e étage dans le neuf. Un critère qui reste décisif pour près d'un Français sur deux lorsqu'ils choisissent leur nouveau logement, aussi bien en location qu'à l'achat. "Plus que jamais, la mobilité verticale permise par les ascenseurs, escaliers roulants, élévateurs, plateformes et sièges monte-escaliers est un enjeu de société et un besoin fort chez les Français", a souligné à cette occasion Guillaume Fournier-Favre, par ailleurs directeur général de Kone France. "Alors que les logements sont engagés dans un grand plan de rénovation, les Français souhaitent qu'ils intègrent la mobilité verticale, non seulement pour leur vie de tous les jours mais aussi en songeant au maintien à domicile où la mobilité doit être facilitée." Et d'ajouter : "Alors que l'immobilier et les Français font face au manque de logements neufs, nous découvrons avec cette étude qu'un tiers de la population (29%, dont 41% des moins de 35 ans) est favorable à la construction de bâtiments hauts de plus de 6 étages. Cet indicateur va dans le sens de notre message, qui est qu'une densification urbaine raisonnée et durable est possible avec la surélévation des bâtiments pour peu que la mobilité verticale y ait bien sa place."

 

Découvrez les lauréats de ce concours en images dans les pages suivantes.

actionclactionfp