Le prix national pour les communes et intercommunalités de plus de 20.000 habitants a été remis au chantier de reconversion de l'aître Saint-Maclou, en plein centre-ville de la métropole normande de Rouen. Il s'agit d'un exemple unique en son genre d'ancien cimetière charnier du XVIe siècle conservé en Europe. Les sources nous indiquent qu'il a été fait mention pour la première fois de ce lieu de sépulture en 1362. Par la suite, il fait l'objet de plusieurs extensions jusqu'à la fin du Moyen Âge. En 1526, on entreprend de bâtir les galeries encerclant le cimetière à l'Ouest, au Nord et à l'Est.

 

Cimetière et école

 

À la moitié du XVIIe siècle, l'aître se tourne vers une fonction scolaire, et endosse encore plus tard un rôle industriel. C'est ensuite au tour de l'école des Beaux-Arts d'y prendre ses quartiers entre 1940 et 2014, avant que le site ne soit désaffecté. L'architecture et l'identité du lieu ont été profondément marquées par cette "cohabitation" entre la fonction de cimetière et celle d'école. Cela a aussi justifié son inscription aux Monuments historiques en 1862.

 

La réhabilitation des façades, toitures, décors, structures et intérieurs de l'aître s'imposait en vue d'une nouvelle affectation, d'après la FFB : "La restauration de l'ensemble de l'aître Saint-Maclou va permettre la création de lieux d'expositions et de galeries d'artisanat d'art, d'un restaurant, d'évènements scéniques extérieurs. Le monument va ainsi demeurer ouvert à tous et trouver une nouvelle vie." Les travaux se sont étalés sur 26 mois, et la facture s'est chiffrée à plus de 14 millions d'euros.

actioncl