PATRIMOINE. Selon son président, la Fondation du Patrimoine aurait "sauvé" plus de 35.000 édifices en péril. Mais l'organisation juge ses ressources financières actuelles insuffisantes "au regard de la tâche à accomplir". D'après une enquête, quasiment 1 Français sur 3 a déjà fait un don à un projet de restauration.

À l'occasion de son 25e anniversaire, la Fondation du Patrimoine a dressé un point d'étape de son action, tout en insistant sur ses besoins de financement. L'organisation aurait permis de "sauver" 35.000 édifices en péril dans toute la France, d'après son président Guillaume Poitrinal, interrogé par l'Agence France Presse. Mais ses ressources ne lui permettraient pas, pour l'heure, d'aller plus loin : "D'un budget de 40 millions d'euros il y a cinq ans, nous sommes passés à 70 millions en 2020 et espérons atteindre les 80 millions en 2021, même si c'est insuffisant au regard de la tâche à accomplir", a noté Guillaume Poitrinal. Avant d'ajouter que l'équivalent anglais de la Fondation du Patrimoine, "le National Trust (National Trust for places of historic interest or natural beauty, ndlr) a un budget de 300 millions d'euros".

 

Le président de l'organisation se félicite malgré tout de "l'important essor pris par la Fondation depuis cinq ans", grâce notamment, toujours selon lui, à la Mission Patrimoine dédiée à la sauvegarde des sites et monuments en péril, qui a été confiée à l'animateur Stéphane Bern, ainsi qu'à la souscription pour la sécurisation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Pour ses 25 ans, la Fondation du Patrimoine a également mandaté le cabinet Pluricité pour réaliser une enquête d'impact, laquelle a fait état de "retombées économiques liées au tourisme culturel" en général de l'ordre de "15 milliards d'euros", ce qui représente "500.000 emplois" directs et indirects dans l'Hexagone.

 

"Un quart des bâtiments" historiques français sont "en mauvais état"

 

Car si "l'État s'occupe bien de ses grands palais nationaux", c'est la Fondation qui reçoit "les appels au secours des petites communes, des associations ou des particuliers, soucieux de sauver leur patrimoine local", a poursuivi Guillaume Poitrinal. Ces derniers concentrent à eux seuls "80% de l'activité de la Fondation" à travers ses moyens que sont notamment le mécénat et la collecte de dons. L'enquête menée par Pluricité a en outre révélé qu'"un quart des bâtiments" historiques français sont "en mauvais état" alors que 46.000 sites étaient classés monuments historiques en 2020 et "40 autres inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco (Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture, ndlr)".

 

La même étude affirme enfin que 86% de nos compatriotes se déclarent "attachés à ce patrimoine" et 31% ont déjà fait un don pour sa conservation, tandis que 74% visitent des sites et monuments historiques chaque année. Nonobstant son réseau de 800 bénévoles, la Fondation du Patrimoine mise sur sa plateforme de financement participatif en ligne pour collecter des dons sur Internet à destination d'environ 2.700 projets de restauration. Ceux-ci englobent de nombreux types de bâtiments, des chapelles aux musées en passant par des lavoirs, des théâtres, des ponts ou encore des phares.

actionclactionfp