Même si tous les détails techniques ne sont pas arrêtés, Bruno Georges avance des performances environnementales époustouflantes pour le projet Triango : "Il y a un travail sur le carbone, sur la mobilité durable, sur l'énergie, avec une centrale photovoltaïque en toiture. Nous visons le niveau E3C2 voire, pourquoi pas, le E4C2, équivalent à du Passiv'Haus, grâce à une logique d'éléments préfabriqués en bois. La dimension énergie sera importante". Le spécialiste nous précise que quatre unités de production fourniront à la fois de l'électricité et de la chaleur, selon un principe de tri-génération. Car le CO2 qui sera issu de la combustion de biomasse (ou de biogaz) sera récupéré pour doper les cultures végétales dans les fameuses serres. Une ouverture vers le "power-to-gas" est envisagée, notamment pour le volet de mobilité, tandis qu'un stockage inter-saisonnier par sondes géothermiques complètera le dispositif. Des PAC seront également rajoutées pour tirer parti de la chaleur fatale de ces centrales réparties sur les différentes phases. Construites au fur et à mesure de l'avancée du projet, elles seront interconnectées afin de renforcer la résilience et d'assurer la sécurité d'approvisionnement du quartier.

actioncl