ÉNERGIES. Dans un rapport très attendu et déjà largement commenté, le Réseau de transport d'électricité (RTE) dévoile les différents scénarios de politique énergétique dont dispose l'Hexagone à l'horizon 2050. Un travail colossal et remarquable qui pourrait bien influencer les choix actuels et futurs des responsables politiques, à six mois de l'élection présidentielle de 2022.


C'était un document très attendu et déjà largement commenté, qui pourrait grandement influencer les débats de l'élection présidentielle de 2022. Emmanuel Macron avait d'ailleurs indiqué guetter cette publication avant de prendre une éventuelle décision sur l'avenir du parc nucléaire français, et plus particulièrement sur la commande de nouveaux réacteurs à eau pressurisée, plus connus sous le nom d'EPR. Ce 25 octobre, le Réseau de transport d'électricité (RTE) a rendu public son rapport intitulé "Futurs énergétiques 2050", qui détaille les différents scénarios de politique énergétique dont dispose l'Hexagone pour ajuster sa production et sa consommation d'électricité afin d'espérer atteindre la neutralité carbone d'ici une trentaine d'années.

 

Cette étude prospective inédite compare ainsi six scénarios garantissant à la fois le respect des engagements climatiques de la France et la sécurité d'approvisionnement de son réseau électrique. Elle est le fruit d'un travail colossal et remarquable qui mérite de s'y pencher pour saisir les tenants et aboutissants d'un sujet qui n'a jamais été autant d'actualité. "La France doit simultanément faire face à deux défis : d'une part, produire davantage d'électricité en remplacement du pétrole et du gaz fossile, et d'autre part, renouveler les moyens de production nucléaire qui vont progressivement atteindre leur limite d'exploitation d'ici 2060. La question est alors : avec quelles technologies produire cette électricité totalement décarbonée ?", a commenté Xavier Piechaczyk, le président du directoire de RTE. Et d'ajouter : "Énergies renouvelables et/ou nouveau nucléaire, et dans quelles proportions ? L'étude a vocation à documenter et analyser les options de mix électriques, leurs avantages, leurs inconvénients, leurs impacts et leurs conséquences. C'est essentiel pour éclairer le débat public."

 


Les six scénarios de bouquet énergétique compatibles avec la Stratégie nationale bas-carbone à l'horizon 2050

 

Dans son étude, RTE dévoile six scénarios de politique énergétique :

 

- Le scénario "M0", avec 100% d'énergies renouvelables en 2050, qui implique la fermeture de tous les réacteurs nucléaires à cette échéance, et des rythmes d'installation de parcs solaires et éoliens - sur terre comme en mer - ainsi que d'énergies marines - comme l'hydrolien - "poussés au maximum".

 

- Le scénario "M1", avec des renouvelables à la "répartition diffuse", c'est-à-dire des installations de petites tailles réparties un peu partout sur l'ensemble du territoire national, avec une prédominance des parcs solaires. Les collectivités territoriales et acteurs locaux devraient ici faire preuve d'une mobilisation sans précédent. Le nucléaire conserverait une part de 13% dans la production d'électricité (soit 16 gigawatts).

 

- Le scénario "M23", avec des renouvelables cantonnés à de "grands parcs", tant pour l'éolien terrestre et maritime que pour le solaire. Dans ce scénario, les coûts seraient systématiquement minimisés et forcerait donc à rechercher les technologies et les zones les plus rentables, pendant que l'atome garderait là encore une part de 13% dans le bouquet (soit 16 GW).
Il vous reste 65% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp