POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE. Dans un rapport qui a suscité de vives réactions, le Haut commissariat au plan alerte sur les choix "largement contradictoires" des pouvoirs publics français en matière de politique énergétique : l'électrification tous azimuts d'une part, et la réduction de la capacité de production nucléaire d'autre part. Une situation qui risque de déboucher sur "un gouffre" entre le niveau de la consommation et celui de la production d'électricité.


La veille de la publication par RTE d'un bilan sur l'approvisionnement électrique de la France d'ici 2030, c'est un autre texte qui a fait réagir : ce 23 mars 2021, le Haut commissaire au plan et soutien politique d'Emmanuel Macron, François Bayrou, a publié un rapport consacré à la politique énergétique de l'Hexagone et aux choix opérés en matière de transition écologique. Si le propos très tranché du texte a suscité des polémiques, il mérite néanmoins, en tant qu'élément supplémentaire apporté à ce débat complexe et houleux, qu'on s'y attarde.

 

Rappelant que l'électricité est amenée à occuper une place prépondérante dans l'économie et la société françaises afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), le maire de Pau (Pyrénées-Atlantiques) commence par affirmer : "le bon sens voudrait que la première résolution soit de dépenser moins d'énergie", renvoyant au principe selon lequel "le premier watt non-polluant est le watt non-utilisé". La nation doit donc changer ses habitudes, ce qui passe concrètement par une meilleure isolation des logements et une baisse du coût carbone des déplacements comme des échanges. Sauf que ces comportements vertueux ne suffiront pas à limiter le réchauffement climatique, et qu'il faut y ajouter le remplacement des sources d'énergies fossiles par des sources d'énergies décarbonées.

 

La RE2020 participerait de l'électrification tous azimuts et du boom de la consommation qu'elle implique

 

Et on en arrive ainsi tout naturellement à la question "centrale" de la consommation et de la production d'électricité. "Aujourd'hui, l'électricité représente 25% de la consommation d'énergie de notre pays. Les scénarios compatibles avec nos objectifs climatiques de neutralité carbone en 2050 impliquent qu'elle représente plus de 50% de notre approvisionnement à cet horizon. Or une telle trajectoire suppose que soient résolues des contradictions généralement passées sous silence mais qui risquent pourtant de conduire à de graves désillusions", prévient François Bayrou. Dans le débat public, les choix énergétiques qui seraient présentés s'avèreraient "largement contradictoires" entre, d'un côté l'électrification tous azimuts - certains disent même "à outrance" -, et de l'autre la réduction de la capacité de production nucléaire.

 

Parce que l'électricité "ne provoque [...] ni impact sur l'environnement ni aucune émission directe supplémentaire de GES", les responsables politiques français comme européens, ainsi que les institutions spécialisées dans l'environnement défendraient donc une électrification massive et un développement de l'hydrogène, celui-ci étant présenté comme un moyen de stockage prometteur de l'énergie justement produite par l'électricité. "De la même manière, est aujourd'hui recommandé le recours accru au chauffage électrique dans les logements, parallèlement aux stratégies de meilleure isolation des maisons, immeubles et appartements", note également le Haut commissaire au plan, en référence évidente à la Réglementation environnementale 2020 qui consacre l'électricité au détriment du gaz, malgré la mobilisation et la mise en garde des professionnels et des industriels. Avant d'ajouter : "Le chauffage électrique revient ainsi en grâce, après avoir été déployé massivement il y a 50 ans puis voué aux gémonies il y a quelques années...". À la différence des hydrocarbures importés, l'électricité aurait de plus le mérite d'être produite sur le sol national et de générer un excédent commercial de 2 milliards d'euros.
Il vous reste 63% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp