INFRASTRUCTURE. L'architecte italien, originaire de Gênes, a proposé gratuitement ses services à la ville pour participer à la reconstruction d'un pont autoroutier et remplacer le viaduc Morandi. Le gouverneur de Ligurie a déjà accepté cette offre.

Le prix Pritzker 1988 et concepteur du tout nouveau Tribunal de Paris s'est spontanément proposé pour participer à la construction d'un ouvrage à Gênes, pour remplacer le pont Morandi qui s'est effondré le 14 août dernier. La raison : Renzo Piano est né à Gênes en septembre 1937 et il garde une affection particulière pour sa ville natale où il a conservé un bureau, même si son agence est aujourd'hui basée à Paris.

 

A l'agence Reuters, reprise par toute la presse nationale, l'architecte confie : "Quand le viaduc de Morandi s'est effondré, j'étais à Genève et depuis je ne pense à rien d'autre. Ce pont est une question qui touche tout le monde". Il a été reçu ce mardi 28 août par le gouverneur de la région Ligurie, Giovanni Toti, qui déclare : "Renzo Piano a volontairement proposé, en tant que Génois talentueux, d'offrir ce projet de nouveau pont comme cadeau à la ville. Nous avons accepté cette aide avec joie et il a déjà présenté plusieurs propositions". Le maître d'œuvre précise ne pas vouloir "remplacer qui que ce soit" et que le pont sera une œuvre collective.

 

Concepteur de pont et acteur de l'urbanisme génois

 

L'architecte italien, célèbre pour le Centre Pompidou à Paris et la tour Shard à Londres, s'est rarement essayé à la conception de ponts routiers. Sa dernière réalisation d'envergure est celle du pont-route d'Ushibuka, achevé en 1996. Long de 900 mètres en tout, ce viaduc courbe, à structure poutre-caisson en béton et acier, surplombe la mer et relie trois îlots japonais. A Gênes, l'atelier de Renzo Piano a participé à la conception de cinq stations du métro (Brin, Di Negro, Principe, Darsena et San Giorgio) entre 1983 et 2003. Il a également contribué à une réflexion sur l'avenir du port de marchandises de la ville, entre 2002 et 2004, proposant que l'aéroport situé sur un terre-plein soit délocalisé sur une île artificielle, à l'emplacement d'actuelles digues.

 

Pour le futur pont, le maître d'œuvre a conclu : "Mon engagement est d'abord moral, pour m'assurer que le nouveau pont aura les traits de Gênes, de nos qualités et un peu de notre parcimonie". Quant au calendrier des opérations, pourtant urgent face à l'importance de cet axe routier en Italie, Renzo Piano a ajouté : "Je ne crois pas au temps record pour la reconstruction. Je crois au bon moment, nous devons le faire rapidement mais pas à la hâte". Pour lui, cette reconstruction "sera pour la ville une période pleine d'énergie et l'occasion d'une rédemption".

actionclactionfp