LETTRE OUVERTE. Treize organisations ont pris la plume pour signer une lettre ouverte au Premier ministre au sujet des arbitrages favorisant l'électricité dans la future réglementation environnementale 2020.

"RE2020, facteur d'émission du chauffage électrique". C'est le titre d'une lettre ouverte envoyée ce 29 janvier 2020 au Premier ministre, par treize organisations professionnelles de la filière construction (1). Elles contestent les récents arbitrages effectués en faveur de l'électricité, et demandent à être reçues à Matignon. Parmi les signataires, des représentants de la filière gaz sont, sans surprise, présents (Association française du gaz, Coénove) ; mais on trouve également l'association d'élus Amorce, Enerplan (photovoltaïque), le CIBE (bois-énergie), Uniclima...


Le Conseil supérieur de la construction opposé

 

Quel est le message des signataires ? Ils s'affirment en accord avec la politique de décarbonation de l'économie, "principal enjeu" de la transition actuelle. Mais en appellent à une révision des deux arbitrages polémiques effectués récemment, sur le coefficient d'énergie primaire de l'électricité et sur le contenu carbone du chauffage électrique. Les auteurs de la tribune s'appuient notamment sur les avis du Conseil supérieur de l'énergie et du Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (qui ne souhaitait pas que l'on retouche à ces données).

 

 

La lettre ouverte revient sur les arguments que l'on peut opposer aux décisions étatiques : la "modification très substantielle" du contenu carbone du chauffage électrique (fixé à 79 grammes de CO2/kWh) fait que "le même radiateur électrique émettra demain 2,6 fois moins de carbone sans avoir rien modifié sur le fond". Les treize organisations rappellent aussi les conséquences de la pointe hivernale sur la carbonation du chauffage électrique. Ils proposent le maintien du niveau choisi pour l'expérimentation E+C-, à savoir 210 grammes.

 

Quant à la baisse du Cep de l'électricité, "elle réduirait artificiellement le bénéfice environnemental de la rénovation énergétique des logements" et risquerait d'avoir "des impacts négatifs non négligeables en termes d'émissions de carbone, de sécurité d'approvisionnement, de promotion de solutions de chauffage innovantes et sur le budget des ménages".

 

Pour Équilibre des énergies, "c'est le Gouvernement qui a raison"

 

L'association Équilibre des énergies (Eden, au sein de laquelle on trouve de nombreux acteurs de la filière électrique comme EDF, Promotelec, Enedis ou RTE) estime pour sa part qu'il n'y a pas lieu de polémiquer après les choix gouvernementaux effectués. "La priorité est la protection du climat, non les petits intérêts des uns ou des autres", affirme son président, Brice Lalonde. "C'est le gouvernement qui a raison." L'organisation propose de rebaptiser la réglementation environnementale 2020 en REC2020 (réglementation énergie-climat 2020), dans l'idée de suivre la récente loi énergie-climat.

 

"Les dispositions arrêtées par le gouvernement ne favorisent pas le chauffage électrique par convecteurs plus que d'autres usages de l'électricité", insiste Eden dans un communiqué de presse du 29 janvier 2020, où l'on peut aussi lire que "les logements chauffés à l'électricité (par pompes à chaleur ou par radiateurs et non plus par convecteurs) ont toujours été mieux isolés que les logements chauffés aux combustibles fossiles".

 

Concernant le Cep de l'électricité, Eden souhaiterait à terme que seule l'énergie finale (ou énergie consommée) soit prise en compte, en "banissant tout recours à l'énergie primaire dans la réglementation".

 

Eden conteste également les chiffres avancés par Thierry Rieser (lire notre article ici), sur le contenu carbone du chauffage électrique. "Les messages les plus fantaisistes circulent allant jusqu'à imputer au kWh électrique utilisé pour le chauffage, un contenu en CO2 de 500 à 600 g de CO2 alors qu'à aucun moment, au mois de janvier 2020 par exemple, les émissions n'ont excédé 76 g/kWh", assure Équilibre des énergies [Thierry Rieser a maintenu ses arguments que le lecteur pourra trouver dans un commentaire au bas de cet article, NDLR]. Qui défend d'ailleurs la méthode employée par les pouvoirs publics, aux dépends de la méthode dite en "coût marginal".

 

(1) AFG, AMORCE, CFPB, CIBE, COENOVE, ENERGIES ET AVENIR, ENERPLAN, FEDENE, SYNASAV, UMGCCP, UNICLIMA, UPRIGAZ, VIA SEVA

actionclactionfp