PROFESSION. Dans une tribune, Christophe Tanay, le président de l'Unis - Union des syndicats de l'immobilier - tacle les méthodes gouvernementales, accusées de faire l'impasse sur la concertation, ainsi que les mesures de la loi Elan, considérées comme contre-productives pour relancer un marché fragile.

Pour l'Unis - Union des syndicats de l'immobilier -, c'en est trop. L'organisation, qui représente 24,79% de la profession et se place ainsi en seconde position des instances officielles du secteur, a décidé de mettre les points sur les "i" et livre son ressenti de l'action gouvernementale depuis qu'Emmanuel Macron est arrivé à l'Elysée, en mai 2017. Le président de l'Unis, Christophe Tanay, signe une tribune dans laquelle il exige un changement d'attitude de l'exécutif et une nouvelle méthode de concertation entre toutes les parties prenantes sur les sujets liés au logement et à l'immobilier. "Le pire est de ne pas savoir qui on a en face, et c'est ce qui se passe depuis l'élection d'Emmanuel Macron et le renouvellement du personnel politique qui s'en est suivi : sous l'apparence de vouloir libérer les énergies des investisseurs et des entrepreneurs, de créer un choc d'offre de logements, l'exécutif ne cesse de révéler qu'il mésestime l'immobilier", explique le responsable.

 

Une "épée de Damoclès [qui] pèse sur la propriété immobilière"

 

S'interrogeant sur la volonté du gouvernement, qui, par son action, laisserait penser qu'il veut "étouffer le marché", l'Unis énumère les décisions et les arbitrages encore en cours qui pèseraient sur le marché de l'immobilier : "D'abord, une loi de Finances pour 2018 qui étiole le budget du logement sans considération des conséquences, en réduisant le PTZ, le Pinel, les aides personnelles, les encouragements aux travaux de transition énergétique, et qui supprime l'Impôt sur la fortune sauf pour les actifs immobiliers. Que sera la loi pour 2019 ? Elle devra déjà résoudre la quadrature du cercle de la taxe d'habitation : comment financer sa suppression autrement qu'en augmentant la taxe foncière ou les droits de mutation à titre onéreux […] ?"

 

Pour Christophe Tanay, c'est une véritable "épée de Damoclès [qui] pèse sur la propriété immobilière", une situation renforcée par l'adoption prochaine au parlement du projet de loi Elan (Evolution du logement, de l'aménagement et du numérique), qui ambitionne de déréglementer le secteur pour simplifier et accélérer les constructions. Ainsi, l'Unis fustige le plafonnement des honoraires pour les professionnels de l'immobilier, le système d'encadrement des loyers qui revient sur la table ainsi que la mise en place du bail numérique type et de Locatio, une plateforme d'intermédiation pilotée par l'Etat.

 

"La dynamique de l'immobilier est cassée"

 

Un comportement gouvernemental et une actualité législative qui s'apparentent à "une stratégie de stigmatisation" pour l'Unis. En conclusion de sa tribune, son président estime que le contexte économique ne se prête pas à ce genre de réformes : "[…] la dynamique de l'immobilier est cassée et à la fin de 2018, les ventes de logements neufs et anciens auront baissé de 10%. Derrière, la machine se grippe : les demandes de permis de construire et les mises en chantiers, indicateurs avancés, ne cessent de baisser, comme les commandes de travaux d'entretien". D'après Christophe Tanay, cette conjoncture commanderait de laisser davantage de place à la concertation : "Il est urgent que le gouvernement regarde autrement les acteurs de l'immobilier : la croissance en berne, la stagnation de la réduction du chômage sont des maux que seule la relance du logement peut résorber. L'immobilier ne demande ni considération particulière, ni traitement affectueux : juste la reconnaissance de son poids dans l'économie et de sa contribution à la satisfaction des besoins des ménages".

actionclactionfp