MOTION. Lors du 104e congrès de l'UNPI à Dijon ce vendredi 28 septembre, quelques 850 propriétaires adhérents au mouvement ont adopté une motion, qui se décline en cinq vœux. Le fil conducteur : harmoniser les projets de rénovation thermique avec les investissements immobiliers.

Ce vendredi 28 septembre, l'UNPI - Union nationale des propriétaires immobiliers - organisait son 104e congrès à Dijon, préfecture de la Côte-d'Or. Quelques 850 propriétaires adhérents au mouvement y ont participé, aux côtés de personnalités politiques et de représentants de la société civile. A cette occasion, Jean Perrin, le président de l'organisation, a tenu à relayer les enjeux du terrain, ainsi que les inquiétudes et propositions des propriétaires. Dans un communiqué, l'UNPI précise que son congrès a permis de redéfinir la place occupée par ces derniers dans les chantiers de rénovation thermique des bâtiments, tout en rappelant la nécessité d'intégrer l'ensemble des acteurs de l'immobilier à l'élaboration des réformes.

 

Incitations fiscales, amortissement et relance de l'investissement

 

Considérant que la transition énergétique "doit être une opportunité et non une contrainte", l'organisation a voté une motion composé de cinq vœux, dont le fil conducteur est d'harmoniser la rénovation thermique et l'investissement immobilier : d'abord, encourager fortement sur le plan fiscal tous les acteurs à rénover le bâti, et s'opposer parallèlement à l'instauration de malus écologiques d'une manière générale, et particulièrement sur les taxes foncières et lors des mutations ; ensuite, mettre en place la possibilité d'amortir les travaux réalisés dans le cadre locatif et pour les résidences principales. Par ailleurs, l'UNPI souhaite la création d'un abattement supplémentaire pour les logements conventionnés qui font l'objet de travaux de rénovation énergétique jugés ambitieux ; les propriétaires demandent également la relance de l'investissement par l'ouverture sur option au prélèvement forfaitaire unique pour les revenus fonciers. Enfin, l'organisation réclame la sortie de l'IFI (Impôt sur la fortune immobilière, successeur de l'Impôt de solidarité sur la fortune - ISF - institué par le gouvernement d'Edouard Philippe, NDLR) et la diminution de taxe foncière de tous les biens conventionnés.

actionclactionfp