"Sur la mission de concours du stade de cricket, nos équipes ont proposé de créer une grande dalle qui vient couvrir une partie de l'espace public et rejoindre une partie d'une parcelle, signale l'agence architecturale, venant d'apprendre qu'elle n'a finalement pas été retenue par le maître d'ouvrage. Toute la partie du socle était minérale alors que les tribunes en béton étaient habillées d'une résille en métal."

 

"C'est un sujet en Inde : compte tenu des fortes affluences sur les sites, on souhaitait créer des niveaux en hauteur d'espaces publics qui sont libérés de la circulation", ajoute-t-elle.

 

L'enjeu du programme était le suivant: comment recréer une continuité urbaine dans un îlot urbain ? "Rappelons tout d'abord, que la fréquentation des spectateurs à l'intérieur d'un site de cricket n'est pas similaire à celle d'un stade de football, à l'image du Stade de France, où l'on peut évacuer des milliers de personnes en vingt minutes, explique l'un des trois architectes associés Simon Pallubicki. Ici, au cricket, les rencontrent durent deux à trois jours. Par conséquent, il fallait adapter le bâtiment pour les spectateurs qui quittent l'enceinte régulièrement."

 

Fiche technique
Programme : construction d'un nouveau stade international multisport de 30.000 places dans le Gujarat et aménagement d'un quartier dédié à la culture sportive.
Maître d'ouvrage : Surat Municipal Corporation
Architecture : Enia architectes
Ingénierie : Egis India
Surface : 95.000 m²
Mission de concours
Coût : 46 millions d'euros HT

actioncl