Les fondations ont été conçues dans la foulée pour maintenir le refuge sur son arête par des vents de 280 km/h. "On recense près de 69 pieux, ayant chacun fait l'objet de centaines de justifications en atelier. Ces pieux ont été ancrés dans le rocher à environ 8 m de profondeur, afin d'atteindre une zone constamment gelée à -8°C", indique Raymond Courtial à la FFCAM.

actioncl