PODCAST. Décryptage des évolutions de la sécurité incendie dans les bâtiments neufs et les immeubles de moyenne hauteur (IMH), avec Jean-Charles du Bellay, chef de département de la direction des affaires techniques de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Trois textes régissant la sécurité incendie dans la construction devraient être publiés avant l'été : le décret relatif aux travaux de modification des immeubles de moyenne hauteur et son arrêté d'application (précisant les solutions constructives acceptables pour les rénovations de façade), et l'arrêté modifiant l'arrêté du 31 janvier 1986 relatif à la protection contre l'incendie des bâtiments d'habitation.

 

Que contiennent ces textes ? Jean-Charles du Bellay, chef de département de la direction des affaires techniques de la Fédération française du bâtiment (FFB), l'a précisé à Batiactu à l'occasion d'une émission diffusée sur Batiradio.

 

 

Une "liste incroyable de prescriptions"

 

L'arrivée de l'IMH a tout d'abord pour raison d'être de simplifier en partie la réglementation. "Ces immeubles vont venir remplacer les immeubles de quatrième famille, situés entre 28 et 50 mètres de hauteur, mais également les IGH W1", explique Jean-Charles du Bellay. "Ces W1 constituent un vrai souci pour les bailleurs : ces petits IGH doivent respecter une liste incroyable de prescriptions, notamment la présence de pompiers."

 

 

Mais l'autre objectif de cette disposition, issue de la loi Elan promulguée fin 2018, est d'améliorer la sécurité incendie sur les bâtiments résidentiels, neufs et existant, entre 28 et 50 mètres. "L'arrêté immeubles de moyenne hauteur (IMH) se limite pour l'instant à la sécurisation des façades", nous informe Jean-Charles du Bellay. Pourquoi seulement les façades ? Car c'était le point principal ciblé par le CSTB dans son rapport publié au lendemain de l'incendie de la tour Grenfell à Londres : de nombreuses isolations thermiques par l'extérieur ont été placées sur des immeubles de quatrième famille, et cela représente un risque potentiel d'incendie dangereux. "Le législateur a imposé des dispositions thermiques importantes depuis une quinzaine d'année; aujourd'hui, il a décidé d'intégrer aussi d'autres risques avérés, comme l'incendie. La FFB s'inscrit dans cette conception d'une construction pérenne et sans risque avéré", résume Jean-Charles du Bellay.

 

En façade, tout sera incombustible au-delà de 28 mètres

 

En quoi consiste exactement le renforcement des exigences ? "Tout système de façade situé au-delà de 28 mètres sera incombustible, classé A2-s3-d0", assure l'expert. "Soit l'équivalent d'un M0 si l'on suit l'ancienne classification française." La nouveauté de ce décret étant la prise en compte du système entier de la façade : parement, isolant, mais également les accrochages. "Les chevilles vinyles plastiques qui fixaient le polystyrène seront interdites, et le polystyrène en IMH ne sera pas autorisé sauf si le système équivaut à un A2-s3-d0. Mais à ce jour, l'ignifugation de le permet pas."

 

Les trois guides (isolation thermique par l'extérieur- Etics, bardage bois, bardage ventilé) validés par le ministère de l'Intérieur resteront toujours valables, à condition de tenir dans les clous des Euroclasses suscitées.

 

La maison individuelle sera épargnée par le renforcement des exigences

 

Il est à noter également que "la maison individuelle devrait être épargnée" par ce renforcement. "Elle pourra conserver du bois en façade, sans PV d'essai, et avec tous matériaux d'isolation innovant. L'encadrement en terme de combustibilité est E", précise le chef de département de la FFB. Dans le cadre de la révision de l'arrêté du 31 janvier 1986, qui encadre la construction neuve, les articles 12 et 13 ont été toilettés, et contiennent les réactions au feu des Euroclasses.

 

Dernier point sur la réforme des 28-50 mètres : la réversibilité des bâtiments, ou leur usage multiple, sera facilité. "C'est une demande des bailleurs que de pouvoir proposer plusieurs usages dans le même bâtiment : par exemple, des commerces au rez-de-chaussées, une crèche au premier, quelques étages de bâtiments puis des logements dans les étages supérieurs", illustre Jean-Charles du Bellay. "En réglementation IGH il fallait sprinkler toutes les zones ERP, ce qui représente un coût très important en installation et en maintenance. L'IMH va ainsi permettre d'avoir un usage multiple dans un seul établissement sans l'ensemble des contraintes IGH. Certaines d'entre elles devraient être conservées : compartimentage, c+d des façades, incombustibilité des façades, système de sécurité incendie (SSI)."

 

Le guide bois et incendie de façade remis à jour
Le guide "Bois construction et propagation du feu par les façades" vient d'être mis à jour, nous informe le Codifab dans un communiqué. Il "propose des solutions constructives bois fiabilisées en matière de maîtrise de la propagation du feu en façade". "Il a valeur d'Appréciation de laboratoire au sens de l'article 5.3 de l'Instruction Technique (IT) 249 version 2010 (voir la note d'information du Ministère de l'Intérieur du 27 janvier 2017). Le présent document [...] vient en préciser et compléter les dispositions constructives définies en particulier dans sa section 2.4. Les façades visées ici sont celles constituées d'un bardage ventilé mis en œuvre sur des parois porteuses ou non porteuses réalisées en ossature bois, ou en panneaux bois monobloc de type panneaux en bois massif contrecollés et contrecloués, ainsi qu'en éléments de maçonnerie ou en béton armé."

actionclactionfp