ABANDON. Le Premier ministre a annoncé la décision du Gouvernement de retirer la candidature de la France pour l'Exposition Universelle de 2025. En cause, des "faiblesses structurelles". Un abandon très critiqué par les porteurs du projet et les élus.

Et de deux. Après le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, c'est au tour de celui de l'Exposition Universelle de 2025 d'être abandonné. Le Premier ministre a en effet annoncé, dans un courrier adressé aux responsables du projet Expo France 2025, que la candidature du pays allait être retirée. Pour justifier cet abandon, Edouard Philippe évoque des "faiblesses structurelles" et estime que "la poursuite de cette candidature ne saurait prospérer sans le recours à une garantie publique". Selon le Premier ministre cette candidature n'a pas les moyens de se consolider dans "le délai qui nous sépare de la visite de la commission d'enquête du BIE". Au vu du contexte de "redressement de nos finances publiques", le chef du gouvernement assume jouer la carte de la prudence et ne pas vouloir "grever l'avenir [...] d'engagements supplémentaires non maîtrisés", écrit-il.

 

Dans son courrier, le chef de l'exécutif donne trois arguments qui ont motivé cette décision : tout d'abord la cession gratuite du foncier par l'établissement public d'aménagement Paris-Saclay, ce qui doit s'analyser comme une subvention publique ; le risque jugé trop grand d'une faible fréquentation sur le niveau des recettes ; le manque de partenariats avec le privé.

 

"Les arguments contre le modèle économique d'ExpoFrance 2025 sont faux et ne sonnent pas justes", Jean-Christophe Fromantin.

 

Cette annonce a immédiatement fait bondir Jean-Christophe Fromantin, qui préside la comité ExpoFrance 2025. Sur Twitter, il écrit : "Je ne me retrouve pas dans cette France qui renonce, qui recule ou qui s'excuse ... RV lundi". Ce lundi où une conférence de presse était donc organisée pour évoquer cet abandon. Un abandon vivement critiqué par les porteurs du projet mais aussi par les élus locaux. Le président du comité de candidature et maire de Neuilly-sur-Seine, Jean-Christophe Fromantin, comme la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et la maire de Paris, Anne Hidalgo ont été prévenus ce samedi. Une décision difficile à accepter d'autant plus que le Président Emmanuel Macron a soutenu cette candidature en octobre dernier et que le comité ExpoFrance est depuis novembere en pleine campagne avec notamment l'intronisation d'ambassadeurs étrangers ayant pour mission de promouvoir le dossier de la France dans leur pays.

 

"Les territoires sont les premières victimes du renoncement à la candidature"

 

Ce lundi, le comité a donc organisé une conférence de presse pour défendre le projet et dénoncer les arguments avancés par le Gouvernement. "Les arguments contre le modèle économique d'ExpoFrance 2025 sont faux et ne sonnent pas justes. Ils sont un alibi. Tous les chiffres ont été validés et travaillés avec les services de l'Etat", a déclaré le président du comité, Jean-Christophe Fromantin. Plus tôt, ce dernier avait même parlé, sur l'antenne de RTL, de "lâcheté" de la part du Premier ministre.

 

Pour le président du comité Expo France 2025, "les territoires sont les premières victimes du renoncement à la candidature". L'abandon du projet a en effet un impact pour le territoire du plateau de Saclay (91) où le village global devait être construit. Un site où doit aussi passer la future ligne 18 du Grand Paris Express. Et avant même cette annonce, les élus locaux et défenseurs de ce territoire manifestaient déjà des inquiétudes quant au retard possible pour la construction de ce tronçon du Supermétro (lire notre article). Le Gouvernement devrait d'ailleurs dévoiler cette semaine le calendrier révisé du Grand Paris Express.

 

L'Association Grand Paris dénonce, elle, "un recul inacceptable pour l'industrie et le tourisme" parlant de "mauvais signal envoyé pour l'attractivité de la France". Pour son président, Antonio Duarte, urbaniste et économiste "l'abandon d'Expo France 2025 est un échec de la France alors qu'elle est dans une dynamique de ville monde en phase de retour auprès des investisseurs et des touristes en terme d'attractivité. Il est possible d'envisager un Partenarait Public Privé (PP) pour relancer l'Expo France 2025 et revenir sur la décision de l'Etat français !... ".

actionclactionfp