TRANSPORTS. À l'approche des élections régionales, l'association TDIE dévoile le questionnaire qu'elle a préparé et envoyé aux candidats en lice, afin d'identifier les grandes orientations qui se dessinent dans le domaine des infrastructures et de la mobilité. De son côté, le Gouvernement organise les "Journées pour l'accélération et la modernisation des infrastructures" pour réfléchir aux tendances et innovations du secteur.


La presse généraliste se fait l'écho des thèmes prédominants de la campagne électorale en vue des régionales de fin juin, comme la sécurité ou la relance économique. Mais quid des transports ? C'est justement pour essayer d'identifier les grandes orientations ainsi que les projets nécessaires dans ce domaine que l'association TDIE (Transport développement intermodalité environnement) a envoyé un questionnaire élaboré par son conseil scientifique à tous les candidats en lice. Alors que les transports représentent un quart des dépenses des conseils régionaux, ce qui en fait leur premier poste budgétaire, l'idée est ici de savoir comment préparer au mieux les politiques publiques de transports au cours des sept prochaines années de mandat des présidents de régions, aussi bien en termes de mobilité des personnes que de logistique et de fret.

 

Dans son dossier à destination des élus locaux, TDIE a distingué cinq "enjeux" : les orientations générales, avec les objectifs fixés par les régions et les moyens qu'elles se donnent pour les accomplir ; le fret et la logistique, en s'interrogeant sur la pertinence - voire la nécessité - d'une stratégie de transport de marchandises digne de ce nom ; les services de mobilité et la gouvernance de la région en tant qu'AOM (autorité organisatrice de mobilité), ce qui englobe notamment l'offre de transports et la tarification ; les investissements dans les infrastructures, avec en ligne de mire les négociations des futurs Contrats de plan État-région (CPER) ; enfin, l'innovation, les programmes de recherche et l'expertise des services.

 

Quelles ambitions et quels moyens après le Covid ?

 

Au travers de ce questionnaire, les professionnels et spécialistes des transports attendent donc de voir les propositions des candidats aux élections régionales, mais pas seulement. Un état des lieux est aussi attendu de leur part, en considérant les défis à relever et les objectifs à atteindre, surtout dans le contexte de la crise du Covid, qui a chamboulé nos modes de vie et de travail, et donc par ricochet nos déplacements. On notera au passage que TDIE interroge également les responsables politiques sur l'impact du Brexit sur les transports de leurs territoires respectifs. Le dossier climatique est aussi au rendez-vous : avec les engagements nationaux et internationaux en matière de neutralité carbone ou de qualité de l'air, et à l'heure de l'électrification tous azimuts, comment se positionnent les différents partis et mouvements politiques ? "En tant que chef de file pour le climat, l'air et l'énergie, et pour l'aménagement du territoire, et compte-tenu de leurs responsabilités en matière de transports, les régions devront contribuer à atteindre ces objectifs", note TDIE.
Il vous reste 67% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp