MOBILITÉ. Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri a annoncé ce 8 avril 2021 la création de l'Agence de l'innovation pour les transports, une nouvelle structure chargée de coordonner le soutien à l'innovation entre les différents services ministériels, les laboratoires de recherche des opérateurs publics et privés et les initiatives mises en place dans les territoires. L'entité devrait être opérationnelle d'ici cet été.

Une nouvelle structure publique a été créée ce 8 avril 2021 : le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri a annoncé le lancement de l'Agence de l'innovation pour les transports (ATI), qui aura la charge de coordonner le soutien à l'innovation entre les différents services ministériels, les laboratoires de recherche des opérateurs publics et privés et les initiatives mises en place dans les territoires. Prévue pour être opérationnelle d'ici cet été, l'ATI ambitionne d'apporter une réponse aux enjeux du changement climatique et des technologies digitales pour lesquelles les innovations ont un rôle à jouer. Ces dernières seraient néanmoins soumises à des "nombreux freins" qui gêneraient leur développement et que le Gouvernement a identifié : "réglementation encore trop lourde, complexité des procédures administratives, méconnaissance des dispositifs de financement existants, inadaptation de ces derniers, ou encore difficulté d'accès aux territoires d'expérimentation", énumère ainsi un communiqué du ministère de la Transition écologique. Des "points de blocage" qui devront donc être levés par la future ATI.

 

Accélérer et simplifier les processus, mieux orienter les offres de services qui existent déjà

 

Concrètement, la nouvelle agence associera la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) ainsi que la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) pour consolider les liens entre ces services et les instituts de recherche, jeunes pousses, incubateurs, grands groupes, industriels et autres PME et ETI. Ses missions consisteront à identifier et référencer les innovations, tout en accompagnant leur mise en oeuvre à l'échelle locale, le but étant plus largement d'accélérer et de simplifier les processus, mais aussi de mieux orienter les offres de services qui existent déjà. "Elle impulsera une culture d'innovation ouverte dans l'Administration, en lien avec les territoires et les acteurs économiques et accompagnera l'expérimentation, le prototypage et le déploiement d'innovations qui façonneront les transports du futur", explique encore le ministère.

 

Autre tâche au programme : la création de partenariats avec les acteurs de l'innovation, bien sûr dans le secteur des transports mais aussi "vers des secteurs qui peuvent bénéficier aux services de transport, en apportant des technologies et des services nouveaux". Enfin, dans l'optique de lever plus rapidement les obstacles, l'ATI devrait également être en mesure de procurer les "ressources nécessaires" au développement des innovations, comme des accès à des bases de données ou des aides pour constituer des dossiers de demande de financement. Chaque année, elle rapportera en outre au Conseil ministériel pour le développement et l'innovation dans les transports.

 

Un appel à projets innovants lancé lors de l'inauguration de l'agence

 

Pour l'heure, la nouvelle agence est encore en phase de "préfiguration", les consultations avec les acteurs des transports et de l'innovation se poursuivant jusqu'à cet été. Puis, arrivé à cette période, le Gouvernement inaugurera officiellement l'ATI et lancera parallèlement un appel à projets innovants "nécessitant un accompagnement spécifique des services du ministère des Transports". Les lauréats seront ensuite sélectionnés en septembre, date à laquelle ils commenceront à bénéficier du programme d'accompagnement.

actionclactionfp