François Gendre, architecte-ingénieur chez LA Architectures, qui a suivi le chantier, explique lui aussi que les formes et volumes obtenus pour répondre à tous les critères sont "peu conventionnels". D'où des difficultés à certaines interfaces : "Les techniques d'assemblage étaient également complexes". Le spécialiste évoque des centaines de connecteurs métalliques développés sur mesure pour assurer les liaisons entre les poutres bois ou métal et les poteaux en bois. Pas moins de cinq mois de préparation ont été nécessaires avec l'entreprise générale (Urbaine de Travaux, groupe Fayat), au lieu des deux mois habituels pour ce type d'opération. "Cela a permis de se lancer dans les travaux dans les meilleures conditions". Il salue le soutien de la Semapa pour ce projet intéressant et annonce la performance attendue de l'édifice : un objectif Passiv'Haus de base, soit une consommation de chauffage de moins de 30 kWh/m² par an. Grâce à l'isolation des faces et aux solutions apportées à l'intérieur (planchers chauffants et VMC double-flux), les maîtres d'œuvre estiment que le confort sera assuré dans l'ensemble de l'école avec une température constante dans tout le bâtiment, sans variation suivant l'exposition ou l'élévation.

actioncl