CHANTIER. La future école maternelle du boulevard Vincent Auriol (Paris, 13e) présente tout un panel de matériaux de construction : béton, bois, acier, paille, verre cellulaire ou aluminium… Un panaché destiné à atteindre des performances environnementales exemplaires dans un projet urbain très contraint. Reportage.

Tous les acteurs du projet d'école maternelle Vincent Auriol, dans le sud de la capitale, sont d'accord : les performances visées et les contraintes de l'environnement ont conduit à l'adoption de solutions non classiques, pour un résultat intéressant. Axelle Acchiardo, architecte associée de LA Architectures, livre quelques mots sur le contexte : "Le maître d'ouvrage, la Semapa, a travaillé avec la mairie du 13e arrondissement pour revaloriser tout un îlot qui était une petite butte arborée où se trouvait une école maternelle, pour en faire une opération beaucoup plus dense, avec des logements sociaux et une maternelle de six classes, neuve, avec une forte ambition environnementale".

 

La maître d'œuvre de l'école ajoute : "L'entrée se fait sur rue et mène, via une rue intérieure, vers l'école. Les gabarits étaient restreints en hauteur, du fait de la juxtaposition des programmes qui donc, ne s'empilent pas. L'école, R+2 et donc mitoyenne d'un immeuble d'habitation R+8". Une proximité qui n'est pas sans poser des challenges au niveau des effets de masque et d'apports solaires pour la plus petite structure, et des problèmes de vue et de calme pour la plus grande des deux… L'architecte explique que les volumes ont été "sculptés" avec beaucoup de décrochés et de grandes distances linéaires qui ne ménagent que peu d'angles droits. "Le bâtiment est topographique, il vient remplacer la butte".

 

Découvrez les secrets du chantier en images dans les pages suivantes

actionclactionfp