Des figures mi-humaines mi-fantastiques ornent les piliers métalliques de la Galerie des fresques. Les neuf peintures murales, imaginées à l'époque par l'architecte Marius Toudoire à proximité des guichets de vente, représentent neuf villes du sud-est desservies par les trains : Lyon, Avignon, Nîmes, Montpellier, Marseille, Toulon, Nice, Monte-Carlo et Menton. Les artistes qui les ont réalisées sont inconnus et les styles divergent selon les peintures. Dans les années 1920, deux autres toiles représentant Venise sont pensées par le peintre marseillais Jean-Baptiste Olive. Dès 1981, onze nouvelles peintures sont ajoutées par l'atelier Genovesio-Lemercier et le peintre Jean-Paul Letellier, pour signifier les villes et des lieux entre Paray-Le-Monial et Paris (Paris, Fontainebleau, Auxerre, Vézelay, Semur-enAuxois, Dijon, Beaune, Autun, Tournus, Cluny, Paray-le Monial).

 

Les fresques, qui s'étalent sur cent mètres de long, avaient été abîmées par des jets d'eau lors d'un incendie de toiture en 2014. Par endroits, la couche picturale est craquelée, empoussiérée ou altérée par l'eau. Au niveau du nom des villes, des encadrements sont fissurés. Deux équipes de spécialistes du patrimoine ont longuement étudié les peintures, sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, pour restaurer les visuels et couleurs d'antan. D'un côté, un premier groupe de neuf restauratrices a été piloté par la restauratrice de tableaux Marie Parant-Andaloro. De l'autre, les peintres des Ateliers Gohard ont eu pour mission la remise en peinture des cadres.

actioncl