Rappelons que Paris n'abritera que dix des trente-six sites prévus pour accueillir les épreuves. Parmi les infrastructures créées, il y aura, tout d'abord, le nouveau Centre aquatique, voisin du Stade de France, sera situé à Aubervilliers-Saint-Denis, "un équipement public indispensable pour soutenir par le sport le développement de cette zone de la capitale actuellement en pleine croissance," nous a confirmé le comité de candidature. Ce site sera aussi situé à proximité de la piscine de water-polo(Marville-Saint-Denis), des centres de médias et de tir(Le Bourget).

 

La construction du second site concernera la "Bercy Arena II", déjà planifiée et associée à l'AccorHotelsArena, livrée en 2015 par l'architecte Daniel Vaniche. Elle sera achevée d'ici à 2021, quelle que soit l'issue de la candidature. Sa capacité sera de 7.000 places.

 

Vers des installations temporaires

 

Certaines épreuves se dérouleront dans des installations temporaires, nous précise-t-on chez Populous. "Paris 2024 laissera un héritage tangible à l'ensemble des sites", souligne-t-il dans son exposé. En prenant l'exemple du triathlon devant la Tour Eiffel, l'escrime et taekwondo au Grand Palais ou encore le tir à l'arc sur l'Esplanade des invalides.

 

Le comité de candidature précise : "Des solutions d'utilisation post-olympique ont été identifiées pour les structures temporaires ; leurs lieux d'accueil bénéficieront des améliorations apportées à l'espace public, notamment en matière d'accessibilité."

 

La même approche sera alors appliquée aux sites permanents existants. Ainsi, la rénovation de la tribune principale du Stade Yves-du-Manoir à Colombes - stade olympique des Jeux de Paris 1924 et site de compétition du hockey-sur-gazon en 2024 - permettra de conserver ce site opérationnel, prolongeant ainsi l'héritage d'un des sites olympiques, parmi les plus anciens au monde, pour les nouvelles générations.

 

De plus, des sites de pointe déjà existants ont été présentés, qui démontreront l'étendue de la culture sportive de Paris et de l'Ile de France, avec notamment le tennis à Roland-Garros, l'athlétisme dans l'incontournable Stade de France, le basketball et le judo à l'AccorHotelsArena, le rugby à 7 au Stade Jean-Bouin, le cyclisme sur piste au Vélodrome national de Saint-Quentin-en Yvelines ou le le football au Parc des Princes…

Les sites de Paris 2024
Les sites de Paris 2024 © Paris 2024

Deux ajustements de dernière minute pour les sites

 

A noter que deux ajustements ont été actés par le comité de candidature, a-t-on appris ce jeudi 2 février : "La boxe prévue au Zénith sera à Roland-Garros et l'Haltérophilie initialement prévue à l'Arena 92, prendra place au Zénith."

 

De plus, quatre sites majeurs seront rassemblés au sud de la capitale : le château de Versailles (Equitation et Pentathlon moderne), le Golf national (Golf), le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines (cyclisme sur piste et BMX), et enfin la base nautique de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) (Canoë-kayak et Aviron).

 

Le village olympique s'étendra sur 46 hectares sur le site Pleyel-Bords de Seine

 

Enfin, le village olympique et paralympique sera construit sur le site Pleyel-Bords de Seine en Seine-Saint-Denis, de 46 hectares s'intégrant aux stratégies et plans de développement urbain locaux à long terme, tout en mettant en valeur la Cité du Cinéma qui fera office de restaurant principal. Le futur centre aquatique et le village seraient équipés d'une passerelle piétonne au-dessus de l'A1 reliant les sites.

 

N'oublions pas non plus que la voile sera organisée à Marseille. La ville accueillera le tournoi de football tout comme Lille, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Nice, Lyon, Saint-Etienne ou des stades ont été construits ou remis en état à l'occasion du dernier Euro-2016.

 

Enfin, "pour pouvoir rivaliser concrètement face à deux candidatures sérieuses Budapest et surtout Los Angeles, nous avons conseillé à l'équipe de candidature Paris 2024 de miser sur les atouts de la ville de Paris, nous avait confié Ben Vickery lors d'une rencontre en novembre dernier. Les milliers de spectateurs pourront voyager et voir l'élégance de Paris, une ville magnifique !" Autre point fort défendu, et pas des moindres, ces jeux seront les 100èmes. De quoi, nourrir un souvenir mémorable pour le pays. Rendez-vous le 13 septembre prochain à Lima (Pérou) pour le vote définitif de la ville hôte.

 

actioncl