Le comité de candidature de Paris aux JO-2024 a finalement préféré ce mercredi le site de "La Plaine-Saulnier" à Saint-Denis, situé en face du Stade de France, à celui d'Aubervilliers pour implanter le centre aquatique.

Le bureau exécutif de Paris aux JO-2024 a entériné, mercredi 8 juin, l'ultime site qui pourrait accueillir les épreuves de natation, de plongeon et de natation synchronisée. Face à la ville d'Aubervilliers retenue dans le cadre de Paris 2012, c'est finalement le site de "La Plaine Saulnier", localisé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), qui a été privilégié. Il se distingue par sa proximité immédiate avec le Stade de France, a souligné le comité de candidature Paris aux JO-2024 dans un communiqué.

 

Avant d'ajouter que "ces deux équipements majeurs seront reliés par une passerelle surplombant l'Autoroute A1 et donneront lieu à la création d'un site unique, permettant de regrouper l'athlétisme et la natation qui réunissent 33% des athlètes participant aux Jeux."

 

Une superficie de 6,8 hectares

 

D'une superficie de 6,8 hectares, le site -actuellement occupé par l'entreprise Engie- abritera deux bassins de 50 mètres (compétition et entraînement), deux fosses à plongeon et offrira une capacité d'accueil de 15.000 places pendant l'événement, reconfiguré à 2.500 places après les Jeux. Autre point significatif : il sera situé à trois minutes du village des athlètes et bénéficiera d'une excellente desserte en transport en commun (2 RER, B et D ; ligne 13 du métro).

 

"Pas d'automaticité de l'avenir du centre aquatique si Paris n'est pas retenu"

 

Malgré tout, le comité de candidature de Paris aux JO-2024, nous précise bien qu'il "n'y aura pas d'automaticité de l'avenir du centre aquatique si la ville de Paris n'est pas retenue le 13 décembre 20217 à Lima au Pérou." Avant d'ajouter que "les parties prenantes - en l'occurrence le Conseil général de Seine-Saint-Denis et la Fédération française de Natation devront appeler à définir de nouveau l'avenir du projet."

 

Si l'on excepte le village olympique de 17.000 lits prévu sur l'Ile-Saint-Denis, le centre nautique est l'un des équipements sportifs durables à créer dans le cadre de la candidature olympique. La construction du second site concerne la "Bercy Arena II", (7.000 places), déjà planifiée et associée à l'AccorHotelsArena, livrée en 2015 par l'architecte Daniel Vaniche. Elle sera achevée d'ici à 2021, quelle que soit l'issue de la candidature. Elle pourrait accueillir les épreuves de lutte et de basketball.

 

Paris opposé à Budapest, Los Angeles et Rome, devrait recevoir les experts du Comité international olympique (CIO) au cours du mois d'avril ou mai 2017, quelques mois avant le verdict définitif le 13 septembre 2017.

 

actionclactionfp